La SODEC change les conditions de versement des subventions

Enfanté par la SODEC à la suite de l'ahurissante saga des festivals de films montréalais en 2005, le rapport du comité de révision du Programme d'aide aux festivals et événements cinématographiques, fraîchement livré, change les règles d'attribution des subventions et brasse la marmite pour le meilleur et pour le pire.

Ce programme d'aide aux festivals soutient 16 manifestations et administre un budget de 1,35 million de dollars.

Le Conseil national du cinéma et de la production visuelle (CNCT), auquel le rapport a été soumis jeudi, a réclamé une consultation auprès du milieu du cinéma, invité à soumettre des commentaires d'ici le 16 octobre. Le comité de neuf représentants de la SODEC ou du milieu cinématographique s'était fait reprocher d'avoir trop agi en vase clos.

Parmi les importantes modifications soumises, l'instauration d'un plafond de 325 000 $ en subvention aux grands rendez-vous, avec la possibilité d'une aide supplémentaire de 25 000 $ pour des besoins ponctuels, fera sans doute bondir les directeurs de festivals généralistes. À titre d'exemple, le FFM avait reçu de la SODEC 425 000 $ en 2004 (la dernière année de subvention). L'enveloppe s'amenuise et les grands rendez-vous ne pourront guère pousser leurs plans de développement.

Le comité suggère que l'évaluation des demandes soit réalisée par un comité mixte de cinq personnes, dont des membres venus de l'externe, de façon à sortir les décisions hors de l'enceinte unique de la SODEC.

Par ailleurs, les critères d'évaluation des dossiers sont resserrés. Les notions d'équilibre budgétaire, de déficit, de diversification des sources de revenus et de compétence des membres du conseil d'administration et de l'équipe de gestion seront prises en compte.

Les dérapages de 2005 ne semblent pas devoir se répéter de sitôt. Selon Pierre Major, directeur des communications à la SODEC, «on n'en est pas à parler de fusion ou de création de nouveaux rendez-vous». De fait, seuls les festivals ayant déjà connu deux éditions pourront être admissibles aux programmes de la SODEC.

Le Festival des films du monde sera-t-il subventionné de nouveau? «Si, demain matin, le FFM se donne de nouvelles règles de gouvernance avec gestion plus transparente et meilleurs rapports, je ne vois pas pourquoi il ne serait pas admissible», a indiqué M. Major, précisant que le programme ne prévoit de rétroactivité nulle part (rien, donc, pour les aides manquantes en 2005 et 2006). Le directeur des communications de la SODEC estime par ailleurs que les nouveaux critères pourraient avoir une incidence sur le Festival du nouveau cinéma, qui serait invité à diversifier davantage ses sources de financement externes.

Le comité recommande le maintien de la non-admissibilité des événements thématiques, sauf exceptions pour le cinéma québécois et celui des Premières Nations. Mais la partie n'est pas totalement perdue pour Fantasia et compagnie. Le CNCT a demandé des éclaircissements pour les festivals thématiques, et les résultats de la consultation publique pourraient infléchir la règle.

Dans cet exercice, la SODEC n'a pas voulu marcher main dans la main avec Téléfilm Canada, qui planche de son côté sur la question du financement des festivals. Chaque institution soumettra ses conclusions, qui pourraient se contredire au finish.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

1 commentaire
  • Jean Dansereau - Inscrit 23 septembre 2006 05 h 15

    Un tournage en rond

    Il est étonnant que l'on annonce de nouvelles
    règles d'attribution du soutient aux festivals
    avant que des consultations avec le milieu aient été tenues.
    Il me semble que nous nous engageons dans un nouveau "tournage en ronds" ayant pour but d'assurer la tranquilité des fonctionnaires et d'écarter un réel examen des erreurs de 2005.

    Pouvons-nous connaître les noms des élus du CNCT. Neufs membres de la SODEC et aussi du milieu cinématographique. Dans quelles proportions et choisi par qui ?

    Jean Dansereau