Du 24 août au 4 septembre 2006 - Cadavre exquis et cinéma instantané au FFM

Le Festival des films du monde (FFM) aura bel et bien lieu, et ses organisateurs profiteront de cette trentième mouture pour proposer plusieurs activités célébrant tout à la fois le cinéma et la «popularité indéfectible» de cet événement montréalais. L'ouverture se fera le 24 août avec Cadavre exquis, un spectacle présenté sur le parvis de la Place des Arts. Il se clôturera le 4 septembre avec la projection du long métrage La Vie secrète des gens heureux, du réalisateur Stéphane Lapointe.

«Où est la morosité?», demandait Paul Toutant à la rencontre de presse d'hier midi. Le journaliste à la retraite de Radio-Canada est membre bénévole d'un comité de 12 personnalités qui a concocté les festivités du trentième depuis des mois. La noble douzaine comprend aussi la comédienne Louise Marleau et le producteur Rock Demers. «Dans la longue saga des festivals, alors que les haches volaient et que les vendettas personnelles se multipliaient, on a souvent eu l'impression que les institutions se foutaient carrément du public. Or le public est présent depuis 30 ans. Il veut voir des films et célébrer le cinéma, et il va encore être servi.»

La soirée d'ouverture rendra aussi hommage au cinéma québécois alors que des vedettes des productions nationales des trois dernières décennies accueilleront les festivaliers. La soirée Cadavre exquis réunira une vingtaine d'artistes du cinéma et de la chanson dans un spectacle multimédia de deux heures. La liste comprend notamment Dédé Traké, Pierre Verville, Jean-François Fortier, Annie Dufresne, Jean-Guy Bouchard, Kaliroots et Mado. Le principe du jeu surréaliste sera respecté, les participants enchaînant les propositions créatrices, dont neuf films de dix minutes chacun, pour composer une oeuvre totale.

Le cinéma original sera également à l'honneur avec «Films de rue», une activité quotidienne permettant au public de tenir la vedette dans un tout court métrage tourné et monté selon des règles bien précises. Le résultat de ce Dogma à la québécoise sera montré sur écran géant le soir de la clôture du festival.

Colloque et hommage

Par ailleurs, un colloque intitulé «Le cinéma québécois en 30 ans de FFM» permettra à divers spécialistes et artisans de réfléchir sur la place du festival dans le développement de la cinématographie nationale mais aussi de parler plus généralement du rôle de tels événements dans la diffusion des cinématographies marginales ou à tout le moins détachées des grands centres commerciaux de production. Le FFM a par exemple accueilli les films iraniens et chinois bien avant leur percée mondiale. Le colloque rendra aussi hommage au comédien Rémy Girard.

Finalement, les membres du comité soulignaient hier un «changement dans les mentalités du milieu» dans le fait que le film de clôture est une production de Roger Frappier. Le producteur était un des maîtres à penser du FIFM, le projet concurrent du FFM, piloté par Équipe Spectra et appuyé par les gouvernements. Cet autre festival s'est lamentablement effondré après une seule et unique pathétique présentation. «Nous espérons aussi que les gouvernements, à travers leurs créatures que sont la SODEC et Téléfilm, [...] appuieront le trentième FFM, le plus grand festival de films francophone en Amérique», a conclu M. Toutant dans un communiqué diffusé hier.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.