Le rideau tombe sur le Cinéma du Parc

Ce n'est un secret pour personne: le Cinéma du Parc (CDP) battait de l'aile depuis trop longtemps, sa fréquentation se réduisant comme peau de chagrin depuis un an. En février dernier, le personnel avait été réduit au minimum. Voici que le Groupe Daniel Langlois a annoncé hier qu'il mettra fin à l'aventure du CDP le 3 août prochain, victime des changements importants survenus dans le partage du marché du cinéma à Montréal.

Dans un communiqué transmis hier, Daniel Langlois explique qu'il espère être en mesure de passer le flambeau à une autre équipe après cinq ans à la barre du bien connu diffuseur de films d'auteur et indépendants. Exprimant son «regret» de devoir mettre fin aux opérations de la petite institution, M. Langlois y déplore l'arrivée de nouveaux joueurs ciblant «la même clientèle avec les mêmes films».

Résultat: la fréquentation a connu une baisse significative depuis 2005, explique la porte-parole du groupe, Sylvie Deslauriers. «L'idée était de pouvoir gérer des salles différentes et d'apporter une programmation unique, sauf que le marché s'est fragmenté et que les nouveaux joueurs ont réussi à faire des succès commerciaux qui ont grugé l'espace occupé par le Cinéma du Parc.» Le Groupe Daniel Langlois aurait pu transformer les salles du CDP en salles commerciales traditionnelles, mais cette option n'a jamais été retenue.

En effet, le groupe espère encore convaincre une autre équipe de prendre la relève. Un groupe a bien été sollicité, mais rien de concret n'est encore ressorti des discussions, gardées secrètes. Le problème est d'abord d'ordre financier, explique Mme Deslauriers. «Certains seraient intéressés à gérer les salles tant que Daniel Langlois continue à payer, mais ça ne marche pas comme ça.» Les gouvernements ont eux aussi opposé une fin de non-recevoir à une aide éventuelle sans un nouvel appui financier de Daniel Langlois.

Mais le groupe ne désespère pas de trouver la perle rare. Il estime d'ailleurs qu'il laisse un cinéma en très bon état. Depuis qu'il l'a acquis en 2001, le groupe a investi 500 000 $ dans la rénovation des salles, le remplacement des fauteuils et la mise à jour des équipements de projection, et ce, sans aucun soutien financier de la part des gouvernements. Ces rénovations faites, le seuil de rentabilité du Cinéma du Parc a été atteint dès la première année et s'est maintenu au cours des deux années suivantes.

Lieu-culte du cinéma de répertoire, le Cinéma du Parc a accueilli plusieurs événements d'envergure, dont le Festival du nouveau cinéma, Festivalissimo, Comédia et, plus récemment, le Festival hip hop de Montréal. Depuis décembre 2001, plus de 1300 films, y compris des primeurs, des documentaires et des hommages, y ont été projetés.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.