À voir à la télévision le samedi 1er juillet - La ruée vers l'or

Passionné par le Mexique autant que par ses habitants, John Huston ne pouvait que rencontrer sur son chemin l'oeuvre de B. Traven, le plus formidable des écrivains mexicains d'adoption. C'est à partir d'un de ses romans sociaux, Le Trésor de la Sierra Madre, que le cinéaste entreprit de tourner cette adaptation très fidèle mettant en vedette le mythique Humphrey Bogart. Trois prospecteurs font fortune, pour découvrir finalement soit la mort, soit le caractère futile de la richesse.

Tout le monde connaît l'oeuvre de Huston. Mais qui connaît encore celle de B. Traven? Son talent et le mystère qui l'entoure, il faut le dire, font pourtant de lui un Réjean Ducharme à la puissance dix.

Né aux États-Unis, actif en Allemagne dans divers groupes révolutionnaires anarchistes, directeur un bref moment du département de la Presse de la République des conseils de Bavière, Traven aurait pu être fusillé mais réussit à s'enfuir à l'étranger. Il semble s'être alors marié au Texas, avec une Mexicaine, sous le nom de monsieur Croves. Il s'est aussi fait appeler Ret Marut. Mais on ne sait à peu près rien de lui. En fait, personne ou presque n'a jamais réussi à le rencontrer. Pas même John Huston, qui avait pourtant réussi à convenir d'un rendez-vous avec lui. L'écrivain ne s'y présenta tout simplement pas.

Îuvre puissante, publiée en français pour la première fois à Lausanne en 1936, Le Trésor de la Sierra Madre a été porté à l'écran de façon magistrale par John Huston. Ce film compte assurément parmi les grandes oeuvres de toute l'histoire du cinéma américain.

Cinéma / Le Trésor de la Sierra Madre, Historia, 22h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.