Maurice Richard et C.R.A.Z.Y. dominent la course aux Jutra

Avec quatorze nominations chacun pour leur cour, C.R.A.Z.Y., de Jean-Marc Vallée, et Maurice Richard, de Charles Binamé, prennent le peloton de tête dans la course aux prix Jutra, qui célèbre les artisans du cinéma québécois.

La huitième édition de cette soirée se déroulera le dimanche 19 mars, animée par Normand Brathwaite et diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Rappelons qu'un Jutra hommage sera décerné à la grande dame de théâtre et de cinéma, Denise Filiatrault.

Les choix sont forts, les concurrents respectables, avec quatre coureurs de tête, bien en selle. La Neuvaine, de Bernard Émond (huit nominations), et L'Audition, de Luc Picard (dix), talonnent C.R.A.Z.Y. et Maurice Richard.

Michel Côté, porte-parole des Jutra, par ailleurs en nomination dans la catégorie du meilleur acteur de soutien pour C.R.A.Z.Y., a fait remarquer à quel point les genres sont diversifiés dans le cinéma québécois, à quel point aussi le succès du septième art maison crée une attente et une pression, poussant les artisans à se surpasser.

Le C.R.A.Z.Y. en question concourt dans les catégories suivantes: meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario, meilleur acteur (Marc-André Grondin), meilleur acteur de soutien (Michel Côté et Pierre Luc Brillant), meilleure actrice de soutien (Danielle Proulx). Ajoutez-y les volets de la direction artistique, de la direction photo, du son, du montage, des costumes, de la coiffure et du maquillage. C.R.A.Z.Y. domine également la course aux Génie canadiens avec 12 nominations, mais Familia, de Louise Archambault, sept fois en nomination aux Génie, n'est présente aux Jutra que dans la catégorie du meilleur son.

Charles Binamé peut se targuer, rare coup double, de voir deux de ses films en lice. Maurice Richard, bien entendu, mais également Gilles Carle ou l'indomptable imaginaire, qui concourt dans la catégorie du meilleur documentaire.

Son Maurice Richard s'inscrit dans la course au meilleur film, à la meilleure réalisation, au meilleur scénario, au meilleur acteur (Roy Dupuis), à la meilleure actrice (Julie Le Breton), à la meilleure actrice de soutien (Diane Lavallée). En prime: la direction artistique, la direction photo, la musique, le son, le montage, les costumes, le maquillage et la coiffure.

L'Audition, de Luc Picard, atterrit dans dix catégories, sans se voir retenu pour la meilleure réalisation. C'est Ricardo Trogi, avec Horloge Biologique, qui prend place avec les trois autres favoris dans cette catégorie.

L'Audition décroche des nominations dans plusieurs sections: meilleur film, meilleure actrice (Suzanne Clément), meilleur acteur (Luc Picard), meilleur scénario.

La Neuvaine, de Bernard Émond, se retrouve dans toutes les sections importantes: film, réalisation, scénario, actrice (Élise Guilbault), acteur (Patrick Drolet), photographie (Jean-Claude Labrecque), montage image (Louise Côté) et musique (Robert M. Lepage).

Outre les quatre ténors du concert, d'autres films ont grappillé quelques nominations. Trois pour Le Survenant: meilleure actrice de soutien (Catherine Trudeau), meilleure direction artistique et meilleure coiffure. Deux pour Horloge biologique: meilleure réalisation, meilleure musique. Deux aussi pour Aurore: meilleure actrice (Hélène Bourgeois-Leclerc) et meilleur maquillage. Une pour Saint-Martyr-des-Damnés (meilleure direction photo). Anne-Marie Cadieux concourt pour la meilleure actrice de soutien avec son rôle de Miss Météo dans Maman Last Call. Jimmywork apparaît dans la catégorie du meilleur montage image, Les États-Unis d'Albert dans celle de la meilleure direction artistique, et Idole instantanée dans celle de la meilleure coiffure.

La grosse production médiatisée de l'année, Les Voleurs d'enfance, de Paul Arcand, ne se retrouve pas parmi les finalistes du meilleur documentaire. Il laisse la place à La Classe de Madame Lise, de Sylvie Groulx, à Danser Perreault, de Tim Southam, à Qui a tiré sur mon frère?, de German Gutierrez, et à Gilles Carle, de Binamé.

Autres volets: meilleur film d'animation, avec comme finalistes cNote, de Chris Hinton, The Curse of the Voodoo Child, de Steven Woloschen, Dehors novembre, de Patrick Bouchard, et Tower Bawher, de Théodore Ushev. Meilleur court et moyen métrage: L'Air de rien, de Frédérick Pelletier, Radio, de Patrick Boivin, Le Rouge au sol, de Maxime Giroux, et Une chapelle blanche, de Simon Lavoie.