À voir à la télévision le lundi 6 février - Voyage au milieu de la nuit

Il porte le très beau nom d'Océan et, pourtant, il voudrait sûrement voir la mer... Bien attaché sur ses rails, défilant dans un paysage souvent monotone, vestige d'une époque que certains souhaiteraient révolue — surtout les esclaves de la bagnole et les friands d'asphalte —, le train n° 14 reliant Montréal à Halifax ne fait pas grand bruit. Et n'attire pas des hordes de voyageurs.

Catherine Martin (Les Dames du 9e, Mariages) a vu là un très beau sujet de film et, comme tout ce qu'elle touche se transforme en objet délicat et précieux, la même chose se produit dans Océan. La cinéaste roule sans autre but que celui de capter le caractère étrange et envoûtant de ce train dont la seule présence semble défier toute logique (mercantile). En scrutant les gestes, répétitifs et méticuleux, du personnel qui assure le confort des voyageurs dans leurs compartiments, en montrant des gares désertes ou carrément abandonnées, elle nous propose un grand voyage solitaire au milieu de la nuit.

Cette escapade se révèle apaisante, méditative, égrenant çà et là sur son parcours quelques personnages qui évoquent, en peu de mots, le passé glorieux et l'avenir incertain de ce mode de transport. Mais ce n'est pas le but ultime de la cinéaste voyageuse, qui préfère s'en remettre à la beauté de ces espaces souvent dénudés, véritables tableaux captés avec grâce par le directeur photo Carlos Ferrand. Et avec une discrétion exemplaire, la musique de Robert M. Lepage donne à ce long périple des allures de voyage hors du temps. Ce temps fou que la vitesse timide d'un train d'un autre âge tente de ralentir. Bienvenue à bord.

Océan
TV5, 21h30

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.