Pierre Fournier, créateur de Capitaine Kébec, s’éteint

Jacques Hurtubise (connu sous le pseudonyme Zyx) et Pierre Fournier lisant la bande dessinée Capitaine Kébec en 1973.
Photo: Gilles Desjardins via Wikimedia Commons Jacques Hurtubise (connu sous le pseudonyme Zyx) et Pierre Fournier lisant la bande dessinée Capitaine Kébec en 1973.

Le scénariste et dessinateur québécois Pierre Fournier s’est éteint vendredi à l’âge de 73 ans, laissant dans le deuil ses proches et les nombreux adeptes de ses récits, qui ont marqué l’histoire de la bande dessinée québécoise.

« Pierre Fournier s’est éteint paisiblement, entouré des siens hier après-midi », ont confirmé sur sa page Facebook samedi les éditions de La Pastèque, qui ont publié plusieurs des oeuvres du dessinateur. « Merci, Pierre, pour ton apport incommensurable à la bande dessinée québécoise », a ajouté l’éditeur.

« Enfin libéré de la souffrance, il s’envole le coeur léger, tel un Capitaine Kébec pourfendant les cieux », a pour sa part écrit l’acteur et auteur québécois Jean-Dominic Leduc, en hommage à Pierre Fournier. Ce dernier souffrait d’une maladie neurodégénérative depuis plusieurs mois, ont indiqué des proches sur les réseaux sociaux.

Une brillante carrière

Né le 8 décembre 1949, Pierre Fournier a connu une brillante carrière, qui l’a notamment amené à devenir l’un des principaux collaborateurs de l’ancien magazine d’humour Croc pendant les années 1970 et 1980. En 1973, il crée le personnage de Capitaine Kébec, qui rencontre un succès important.

Le dessinateur a aussi cocréé en 1982, avec l’aide de Réal Godbout, le personnage de Red Ketchup, un agent du FBI accro à la cocaïne devenu mythique au Québec. Signe de l’intemporalité de l’oeuvre de Pierre Fournier, une série d’animation mettant en vedette Red Ketchup est d’ailleurs en préparation en vue d’être diffusée l’an prochain sur la chaîne télévisée Télétoon.

« Merci, cher Pierre, pour ta merveilleuse folie minutieusement contrôlée. Repose et dors enfin en paix après ces derniers mois de cauchemars éveillés. Quant à nous qui sommes encore vivants, essayons d’être heureux : c’est la meilleure vengeance. Et essayons de dessiner presque aussi bien que lui », a écrit sur Facebook le cofondateur du magazine Croc Pierre Huet.

En 1991, Pierre Fournier a reçu le premier prix Albert-Chartier pour souligner sa contribution à la bande dessinée québécoise. Il a aussi été intronisé en 2008 au Temple de la renommée de la bande dessinée canadienne.

À voir en vidéo