Deux fois Therese Mastroiacovo

Dans la première, qui vient de commencer, Mastroiacovo montrera comment sa recherche sur la série «Art Now (2005 to present)» a évolué au cours des dernières années.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Dans la première, qui vient de commencer, Mastroiacovo montrera comment sa recherche sur la série «Art Now (2005 to present)» a évolué au cours des dernières années.

Ses dessins performatifs et conceptuels seront à l’honneur dans deux expos cet automne.

Nous avions malheureusement moins vu son travail à Montréal ces dernières années. Sa dernière expo solo remonte à 2013 au centre Clark… Therese Mastroiacovo avait certes participé à des expos collectives, ici et là dans la métropole, comme à cette présentation sur le dessin à la Fondation Molinari en 2017. Il faut dire qu’entretemps, elle avait eu une résidence de création de deux ans au Künstlerhaus Bethanien à Berlin et des expositions en Allemagne, au Portugal et même en Australie ! La revoici enfin ici, où elle participera à deux expos cet automne.

Dans la première, qui vient de commencer, Mastroiacovo montrera comment sa recherche sur la série Art Now (2005 to present) a évolué au cours des dernières années. Rappelons que cette oeuvre est un travail de dessins performatifs, de dessins processus, faits à la mine de plomb à partir de livres et de catalogues portant tous, peu importe leur date récente ou très ancienne de publication, le mot « now » sur leur couverture. Elle a redessiné avec lenteur, dans un rapport temporel bien différent de celui évoqué par le now, les titres et des éléments marquants de la page frontale de ces livres. La durée même du projet, depuis 2005, contredit la pertinence de cette idée d’un art du maintenant et même de ce concept d’un art contemporain.

L’expo s’intitule Repenser et supposer. Trajectoire d’une exposition, et elle est présentée au centre Leonard et Bina Ellen de l’Université de Concordia jusqu’au 29 octobre. Mastroiacovo y sera jumelée à l’artiste Sarah Greig qui, tout comme elle, enseigne le dessin et travaille sur une documentation artistique d’un processus de création.

Commissariée par Michèle Thériault, cette présentation sera accompagnée par le lancement du livre Unfinished After.

 

Dans la seconde exposition, ce thème de la recherche et du document sera aussi à l’honneur. Le visiteur y verra ce que l’on pourrait nommer l’arrière-scène de l’art, son processus de création. Une publication permettra à Mastroiacovo d’offrir un cahier blanc qui pourra se détacher. L’acheteur pourra se servir de ce cahier de notes dans lequel il trouvera un dessin original de l’artiste, réalisé sur papier transparent grâce à du letraset. Une invitation à la création ou à la réflexion ? En galerie, Mastroiacovo exposera sa collection privée [Private Collection], des oeuvres montrant les traces qu’elle a faites en créant ses dessins, en appuyant avec un crayon sur ces vieux et fragiles letrasets, les traversant parfois sur une feuille placée en dessous…

Son art sera exposé à côté de celui de Stephanie Comilang, de k.g. Guttman et de Catherine Lescarbeau. Au centre Dazibao jusqu’au 5 novembre. Une expo présentée par France Choinière.

Nicolas Mavrikakis

À voir en vidéo