Sur le radar: en forêt avec Andreas Rutkauskas

Andreas Rutkauskas, Mount Christie Wildfire, 2020
Andreas Rutkauskas Andreas Rutkauskas, Mount Christie Wildfire, 2020

Refuge : après l’incendie d’Andreas Rutkauskas est la parfaite démonstration de la richesse apportée par des expertises croisées. C’est lui, d’abord, le photographe de terrain qui, depuis 2017, a parcouru des zones de l’Ouest canadien touchées par les feux de forêt. Il en rapporte une sélection serrée de photos dont les titres instruisent sur les lieux et le moment des prises de vue, post-incendiaires.

En artiste écologique, comme le présente le théoricien Mark A. Cheetham dans l’opuscule, Rutkauskas rejette le spectaculaire malgré ses images savamment construites. Le regard se promène sur des paysages parfois aux limites de l’abstraction qui retiennent l’attention sur les détails d’une nature en régénérescence, à l’ombre des troncs calcinés.

Tout dans cette exposition, concoctée avec la commissaire Geneviève Chevalier, nous éloigne de la furie des flammes. Sans ignorer les catastrophes sous-jacentes, les images se révèlent en subtilité, délivrant une perception nuancée du phénomène. L’apport scientifique d’un géographe a en effet façonné le regard de l’artiste sur le rôle fondamental des incendies pour les écosystèmes. Ce que soutient aussi, éclairé par ses savoirs autochtones, le naturaliste Wabanaki Michel Durand-Nolett, avec qui s’est entretenu Rutkauskas à la faveur de sa résidence à la Fondation Grantham. Les diverses ramifications du projet de l’artiste s’inscrivent avec brio dans ce lieu, remarquable écrin sylvestre.
 

Refuge : après l’incendie

D’Andreas Rutkauskas. À la Fondation Grantham, Saint-Edmond-de-Grantham, jusqu’au 29 novembre. Réservation en ligne.

À voir en vidéo