Guy de Rougemont, auteur d’œuvres monumentales, est mort

Une œuvrede Guy de Rougemont intitulée «Echo Polychrome», dans la ville de Bonn en Allemagne
Photo: Axel Kirch / CC BY-SA 4.0 (via Wikimedia Commons) Une œuvrede Guy de Rougemont intitulée «Echo Polychrome», dans la ville de Bonn en Allemagne

Le peintre, sculpteur et académicien français Guy de Rougemont, géomètre de la couleur et auteur d’œuvres monumentales, est décédé mercredi à l’âge de 86 ans, a annoncé jeudi l’Académie des beaux-arts.

« La mort de Guy de Rougemont, c’est une perte immense pour la compagnie dans laquelle il siégeait très régulièrement et activement », a salué dans un communiqué l’Académie, dont l’artiste était membre depuis 1997.

On trouve ses réalisations monumentales aux formes simples et aux couleurs vives dans des espaces publics et des lieux privés du monde entier. 

Parmi elles, les cylindres érigés dans le parc métropolitain de Quito, en Équateur, ou dans le musée à ciel ouvert de Hakone, au Japon.

On compte toujours parmi ses œuvres les plus notables le dallage du parvis du musée d’Orsay, à Paris, ou une peinture murale de 300 mètres de long dans le centre d’accueil et de soins de Nanterre, en région parisienne, ainsi que 30 kilomètres d’autoroute de l’Est, rythmés de formes géométriques.

Né à Paris en avril 1935, il commence sa carrière par un séjour à la Casa de Velazquez, un lieu d’accueil d’artistes à Madrid, de 1962 à 1964, avant de suivre les cours de l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris jusqu’en 1968.

Dès 1965, il participe à la Biennale de Paris et se rend à New York, où il expose pour la première fois et se fait repérer.

De retour en France dans les années 1970, il se distingue par son travail sur les formes et les couleurs, en premier lieu des volumes polychromes, des sculptures géométriques où s’alternent espaces blancs et colorés.

Guy de Rougemont a également réalisé des lithographies et des objets de design au nombre desquels sa « Table nuage », un meuble aux formes épurées figurant un cumulus suspendu.

À voir en vidéo