Croisements temporels

Le passionnant essai intitulé «Rejouer l’histoire» écrit par l’historienne de l’art Elsa Guyot.
Photo: Éditions Leméac, photomontage «Le Devoir» Le passionnant essai intitulé «Rejouer l’histoire» écrit par l’historienne de l’art Elsa Guyot.

L’époque du Moyen Âge, « à la fois admirée, dénigrée et réinventée », a eu plusieurs vies… Elle fut entre autres revivifiée au XIXe siècle en Europe. Mais elle a eu aussi une fonction en Amérique du Nord, en particulier dans la société québécoise du XXe siècle. C’est ce que nous démontre l’historienne de l’art Elsa Guyot dans son passionnant essai intitulé Rejouer l’histoire.

Ce livre, qui se lit comme un roman, regorge d’informations à propos de l’intérêt du Québec pour cette ère trop longtemps décrite comme médiocre. L’autrice nous explique comment les mécènes Renata et Michal Hornstein offrirent des pièces importantes au Musée des beaux-arts de Montréal. Elle traite aussi de la remarquable collection d’art médiéval du Musée d’art de Joliette, constituée par le père Corbeil, qui la mettait en scène d’une manière originale.

Mais l’historienne de l’art explique aussi comment les expositions sur l’art médiéval ont joué un rôle social et même politique. En 1944, la présentation d’une reproduction de la tapisserie de Bayeux participe à l’esprit de guerre, à une sorte de « débarquement victorieux », mais dans un sens inverse de celui de 1066. Cette exposition servait aussi à représenter l’intervention des Alliés comme acte de préservation du patrimoine.

Et puis, durant la Révolution tranquille, l’art médiéval servit à renforcer l’idée d’un héritage français en Amérique. Enfin, cet ouvrage aborde aussi les Médiévales, fêtes données dans le Vieux-Québec dans les années 1990…

Rejouer l’histoire. Le Moyen Âge dans les musées du Québec.

Elsa Guyot, Leméac, Montréal, 2021, 184 pages

À voir en vidéo