Signataire du Manifeste des Plasticiens - Jean-Paul Jérôme est décédé

Un des peintres dont l'histoire a retenu le nom au Québec, Jean-Paul Jérôme, est décédé samedi dernier d'une brève maladie. Aujourd'hui âgé de 76 ans, il avait été parmi les signataires, en 1955, du Manifeste des Plasticiens. Il est considéré comme un pionnier.

C'est avec Rodolphe De Repentigny, dit Jauran, Louis Belzile et Fernand Toupin que Jean-Paul Jérôme publie, le 10 février 1955, le Manifeste des Plasticiens, qui ouvre une voie alternative au lyrisme automatiste mis en évidence par les artistes entourant Paul-Émile Borduas et le Manifeste de Refus Global.

Lors de l'exposition Espace 55, ces artistes et penseurs disent recherche les harmonies intrinsèques à l'utilisation des seuls éléments plastiques à leur disposition: «ton, texture, couleurs, formes, lignes, unité finale qu'est le tableau», décrivaient-ils dans le manifeste.

Ils avaient alors ouvert une piste de recherche qui permettait d'introduire la pensée plastique d'un Piet Mondrian, que des artistes comme Guido Molinari ont par la suite développée au Québec. Les plasticiens ont été actifs dans la seconde moitié des années 50.

Jérôme avait séjourné quelques années en France au début des années 50. Il avait enseigné jusqu'à la fin des années 60, délaissant l'enseignement pour se consacrer à sa carrière entièrement à compter des années 70. Ses oeuvres se retrouvent dans les collections des grands musées au Québec et au Canada.

Jean-Paul Jérôme n'avait pas cessé de peindre, se rendant à l'atelier quotidiennement. Vibrations modernes, une exposition rétrospective de son oeuvre, est présentement en circulation au Canada, après avoir été inaugurée au Musée du Bas-Saint-Laurent en 2001. Il est reconnu notamment pour son assiduité aux positions picturales qu'il a défendues.