Délire proliférant à l’espace Produit rien

Vue de l’exposition «Unis par l'amour du goût»
Photo: Paul Litherland Vue de l’exposition «Unis par l'amour du goût»

Éric Simon et Pierre Gauvin, des amis qui n’en sont pas à leur première collaboration, exposent en vrac plus de 20 ans d’échanges épistolaires. Dans ce rituel d’abord réservé à la sphère privée, le duo a finalement vu un projet artistique. Il n’a d’ailleurs de classique que le moyen de transmission : l’envoi postal de lettres papier.

Tout le reste, ou presque, tient de l’invention, entre écriture automatique, jeux de mots, collage, estampe et dessin. Vous en apprendrez peu sur leur véritable personne tant Simon et Gauvin se relancent dans une fiction débridée du moi, qui met à mal l’autorité unifiante de la notion d’auteur. Plurielles et déstabilisantes, leurs signatures coiffent des élucubrations drolatiques à la folie contagieuse. Si le premier, par exemple, se surnomme VAPOR, le second, lui, se dit l’inventeur de l’eau bouillante. Artiste photographe dans l’ombre, Gauvin est la figure plus effacée, et la plus énigmatique, du duo.

Sur place, c’est Professeur Simon — autre désignation, plus sérieuse celle-là comme il enseigne à Concordia en arts — qui fournit quelques clés pour décrypter ce consistant délire ayant des airs de parenté avec Dada et Fluxus. Complice de l’aventure, l’artiste Marie-Claude Gendron a analysé ce riche matériel pour en extraire des statistiques. Ses diagrammes joliment imparfaits restituent avec un semblant d’ordre les signatures inventées comme les thèmes abordés qui font l’originalité de ces lettres.

Unis par l’amour du goût

Éric Simon et Pierre Gauvin. À l’espace Produit rien, 6909, rue Marconi. Du jeudi au dimanche de 13 h à 17 h, jusqu’au 25 avril.