Riopelle en cadeau au MBAM

Sophie Ginoux Collaboration spéciale
Jean Paul Riopelle (1923-2002), «Inuit», 1977, huile sur toile, 82 x 101 cm. Collection de Charles Dutoit, Montréal. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020).
Photo: Photo archives Catalogue raisonné Jean Paul Riopelle Jean Paul Riopelle (1923-2002), «Inuit», 1977, huile sur toile, 82 x 101 cm. Collection de Charles Dutoit, Montréal. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020).

Ce texte fait partie du cahier spécial Noël au musée

Le Musée des beaux-arts de Montréal réinvente cette année sa traditionnelle opération Musée-Cadeau en format virtuel et offre gratuitement aux internautes la possibilité de visiter une toute nouvelle exposition d’envergure consacrée à Jean Paul Riopelle.
 

Jusqu’au 11 janvier, l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones, dont l’inauguration sur place était prévue au début du mois de novembre, sera accessible à tous sur le site Web du MBAM.

Aboutissement de recherches inédites, cette présentation explore, à travers 175 œuvres et 200 artefacts et documents d’archives, l’intérêt de Jean Paul Riopelle, reconnu comme l’un des artistes canadiens les plus importants et prolifiques du XXe siècle, pour la nordicité et l’autochtonie, deux thèmes qui l’ont nourri et inspiré entre les années 1950 et 1970. L’exposition dévoile également à cette occasion une œuvre récemment restaurée qui n’a jamais été présentée au public. Fontaine est une sculpture de plâtre peint et de cordage, haute de quatre mètres, conçue en deux temps par Riopelle entre 1964 et 1977.

Photo: MBAM, Jean-François Brière Jean Paul Riopelle (1923-2002), «La Fontaine», vers 1964-1977, plâtre peint, cordage, 400 x 300 x 300 cm. Collection particulière. © Succession Jean Paul Riopelle / SOCAN (2020).

« Pour rendre la visite virtuelle de cette exposition attrayante, le MBAM a réalisé une captation des salles à 360 degrés », précise Marie-Claude Lizée, cheffe de la publicité, de la promotion et des communications numériques du musée. « Nous sommes sortis de notre zone de confort, mais savons à quel point l’art peut faire du bien en cette période particulière. »

Quatre expositions gratuites jusqu’en janvier

L’opération Musée-Cadeau, qui propose d’ordinaire un accès gratuit au MBAM pendant les Fêtes, ne comprend pas seulement l’exposition Riopelle. Effectivement, la rétrospective Paris au temps du postimpressionnisme, qui avait pris l’affiche cet été et devait se poursuivre jusqu’à la mi-novembre, peut elle aussi être visitée virtuellement, avec en prime un audioguide.

Les internautes sont également invités dès maintenant à découvrir deux autres expositions contemporaines qui prendront l’affiche dès la réouverture du MBAM. La première, intitulée Yehouda Chaki : Mi Makir. À la recherche des disparus, rend hommage aux victimes et aux survivants de la Shoah alors que l’année 2020 marque le75e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau. Et la seconde, Survivance, présente le premier solo canadien de l’artiste montréalais d’origine haïtienne Manuel Mathieu. Ce dernier devrait d’ailleurs bientôt accompagner de sa voix les visites virtuelles.

Une rentrée sous le signe de la diversité

L’exposition majeure consacrée à Jean Paul Riopelle sera bien sûr l’atout central du musée lors de sa réouverture prévue le 11 janvier prochain. La programmation accueillera également au cours de ce mois la rétrospective GRAFIK ! Cinq siècles d’arts graphiques allemands et autrichiens, ainsi que la présentation Écologies : ode à notre planète, qui rassemblera les œuvres d’artistes contemporains et la projection du film Requiem pour un glacier. Le début de l’année 2021 sera par conséquent propice aux découvertes de tout ordre au MBAM.

À voir en vidéo