Hors les murs, les arts!

Marie-Laure S. Louis, «Sans titre» (detail), 2020
Photo: Galerie de l'UQAM Marie-Laure S. Louis, «Sans titre» (detail), 2020

Donner du souffle

Un écran, un confinement, l’anonymat… En 1980, Samuel Beckett écrit pour la télé Quad. Quarante ans plus tard, la Galerie de l’UQAM s’en inspire et crée la série d’expositions Web QUADrature, alors que la pandémie la pousse à enrichir son offre en ligne. Le premier des cinq volets, lancé le 10 septembre, s’intitule Respiration et sonne comme un écho montréalais au mouvement Black Lives Matter. La commissaire Diane Gistal, fondatrice de l’organisme culturel Nigra Iuventa, rend au souffle son caractère politique et donne voix à quatre artistes. En ligne jusqu'au 10 octobre.

 
 

Un cube éclaté

Il était confiné à un cube depuis 2012, dans les corridors de l’Université Concordia. Le voilà en circulation dans l’espace sans fin du Web. La crise sanitaire a fait voler en éclats les murs de Sightings. Le temps de l’automne, ce programme satellite de la galerie Leonard et Bina Ellen sera ouvert et virtuel, comme l’explore déjà Mathieu Grenier avec ses photos qui se superposent et se contaminent. D’autres artistes suivront. Le cycle prévu jusqu’en décembre fera de la notion de mesure « un moyen de négociation, de calcul et de représentation de zones intermédiaires insaisissables ».

 
Photo: Galerie de l'UQAM Siaka S. Traoré, «Blue» (détail), 2017

 

Les manifestants de Skawennati

Ils étaient apparus dans l’espace public lors du festival Art souterrain 2020, munis de pancartes proclamant « L’avenir est autochtone » ou « Je n’en reviens pas de devoir demander cette merde ». Les manifestants imaginés par l’artiste Skawennati reprennent vie cet automne, le temps d’une installation immersive en réalité virtuelle à la galerie Ellephant. Il sera aussi possible d’expérimenter ce militantisme futuriste de chez soi par l’entremise du site de la galerie. Skawennati elle-même y sera, lors d’un échange en ligne. À surveiller dès le mois d’octobre.

 
 

En recherche

Devant l’incertitude posée par la pandémie, la Galerie UQO (pour Université du Québec en Outaouais) a sabordé la totalité de ses expositions prévues pour l’année 2020-2021. Pas d’expos virtuelles à leur place, mais un laboratoire baptisé Chercher l’ouverture. Cinq axes de recherche ont été ciblés (l’institution, la communauté, l’éducation, l’exposition et le commissariat) et chacun d’eux bénéficiera d’activités publiques mises en ligne. Le canal de diffusion et le moment seront annoncés au fur et à mesure, tant on se laisse porter ici par l’expérimentation et l’imprévu.