L’art de prendre son temps au musée

La pandémie a fait fermer les salles, a isolé les muséologues, mis fin aux prêts.
Photo: iStock / Montage Le Devoir La pandémie a fait fermer les salles, a isolé les muséologues, mis fin aux prêts.

Le Devoir poursuit sa série sur les mutations forcées des secteurs culturels frappés par la pandémie. Après les arts de la scène et les écrans, on se tourne vers les musées qui rouvrent en se redéfinissant autour de leurs propres collections dans un monde moins favorable aux échanges internationaux.

L’œuvre s’intitule Nightlifeet sa présentation de jour a vite viré au cauchemar éveillé. Le Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) a commencé le 5 mars la projection du film 3D de l’artiste français Cyprien Gaillard maintenant intégré à sa collection permanente, avec nouveaux projecteurs et des lunettes de réalité virtuelle rechargeables. Les consignes sanitaires forçant la désinfection rigoureuse du matériel ont eu raison de la présentation après quelques jours seulement. Rendu aux ides, tout le musée fermait, comme Montréal, le Québec, le pays, la planète. Adieu public, plus rien ne va.

« Tu te couches dans un monde et tu te réveilles dans un autre, résume John Zeppetelli, directeur du MACM. On ne va pas remonter Nightlife à la réouverture [le 24 juin]. Il y a trop d’anxiété à partager du matériel placé près des yeux. »

L’exposition Frida Kahlo, Diego Rivera et le modernisme mexicain, elle, ne rassemble que de bons vieux tableaux dessins ou photos. L’inauguration du 13 février au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a suscité une belle poussée de fréquentation à 2000 visiteurs quotidiens, comme le veut la règle de ce genre de machine à succès populaire (blockbuster) confirmée lors de la quarantaine de présentations précédentes dans autant de villes. Ce succès garanti s’est arrêté net un mois plus tard, en raison du confinement.

La réouverture du pavillon Lassonde prévue le 29 juin va étendre la présentation de l’expo Khalo jusqu’au 7 septembre, avec un maximum de 50 visiteurs à la fois. Le musée de Portland, qui devait l’accueillir cet été, attendra son nouveau tour en 2021. Pas question de déplacer des caisses et du personnel dans les nouvelles conditions sanitaires et de transport.

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a aussi cessé net les échanges. « Les premiers instincts sont des instincts de survie, dit Isabelle Corriveau, directrice des expositions et du rayonnement du MBAC. Nous avons vite pris des mesures pour nous assurer le maintien des conditions muséologiques de conservation, de sécurité et d’assurance des œuvres. Nous avons aussi rassuré les prêteurs et nous nous sommes renseignés auprès des emprunteurs de nos propres œuvres. »

Le MBAC prolongera des présentations de certains travaux, et l’expo consacrée à l’artiste canadienne Moyra Davey prévue cet été attendra l’automne. « Nous avons été chanceux : la majorité des œuvres de Moyra Davey étaient déjà au musée quand la pandémie s’est déclarée », dit la directrice Isabelle Corriveau.

Fin des grosses expositions ?

Ces exemples de bouleversement se répètent autant de fois qu’il existe d’établissements, petits et grands, sur la planète musée. La pandémie a fait fermer les salles, a isolé les muséologues, mis fin aux prêts. Ce monde mondialisé doit maintenant se repenser plus ou moins fondamentalement, revoir sa manière de recevoir des œuvres et le public.

« Nous avons d’énormes salles et la distanciation ne posera pas trop de problèmes », dit le directeur John Zeppetelli. N’empêche, le MACM n’accueillera pas plus de 75 visiteurs à la fois pour un parcours fléché à sens unique après la Saint-Jean, alors que dans le monde pré-COVID l’établissement pouvait en contenir environ mille à la fois.

Le MBAC a obtenu l’autorisation de rouvrir à compter du vendredi 12 juin. Rien n’est encore décidé par deux groupes de travail qui se penchent l’un sur la sécurité des employés et des œuvres, l’autre sur la sécurité et le parcours des visiteurs. « Il faut des espaces attrayants , résume Isabelle Corriveau, la directrice. Notre équipe de design étudie activement comment faire respecter la distanciation. Nous allons aménager des entrées très généreuses entre les salles et faciliter la circulation des personnes en évitant les goulots d’étranglement. »

Il faut donc aussi des expos attrayantes, mais pas trop. « Les blockbusters apparus dans les années 1970-1980 sont liés au phénomène de la mondialisation, à la possibilité simplifiée de faire affaire avec des collectionneurs et des prêteurs de partout, explique le directeur du MNBAQ, Jean-Luc Murray. Je compare ça à une tournée rock internationale. On voit maintenant les effets de l’arrêt des échanges mondiaux à court terme sur ces présentations. »

Son musée maintient tout de même la présentation d’octobre à janvier des paysages grandioses de William Turner empruntés à la Tate de Londres. « On verra après 2021 s’il y aura vraiment des répercussions à long terme sur ce genre de produits, dit le directeur. Pour l’instant, c’est difficile à dire, mais on ne sent pas d’effondrement. »

Les gabarits et le nombre des expositions changeront peut-être, les coûts de location, de transport et d’assurance (pour les musées privés) réduisant l’appétit des muséologues pour les emprunts massifs. « Le secteur du transport des œuvres est très instable et le restera dans les prochains mois et les prochaines années », résume Mme Corriveau, tout en donnant « une exception à la règle » : Rembrandt à Amsterdam, coproduite avec le Städel Museum Frankfurt. Les œuvres de ce travail (disons à l’ancienne) viendront des Pays-Bas, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, d’Espagne et des États-Unis. L’ouverture à Francfort est maintenue pour décembre, puis à Ottawa en mai 2021.

Normalement, dans le monde d’avant, les chefs-d’œuvre du maître hollandais auraient attiré des centaines de milliers de visiteurs. À sa fermeture fin février, l’expo consacrée à Léonard de Vinci au Louvre avait attiré 1 071 840 personnes.

Les blockbusters apparus dans les années 1970-1980 sont liés au phénomène de la mondialisation […] Je compare ça à une tournée rock internationale. On voit maintenant les effets de l’arrêt des échanges mondiaux à court terme sur ces présentations.

Faut-il maintenant dire adieu à ces volumes ? « Il faut revendiquer d’autres mesures de qualité que l’achalandage, affirme le directeur Jean-Luc Murray. C’est difficile d’attirer 500 000 visiteurs par année. La bonne nouvelle avec la pandémie, c’est qu’on redescend tous deux ou trois marches d’escalier. Ce sera plus facile de prendre un risque et d’accepter un achalandage annuel de 250 000 personnes. »

La crise a aussi des conséquences sur la circulation des expositions nationales. L’expo Leonard Cohen : une brèche en toute chose / A Crack in Everything, qui a drainé 315 000 visiteurs en cinq mois au MACM, était à Copenhague cet hiver après un arrêt à New York. Elle est restée dans les salles danoises. Il faut 40 caisses pour la déménager et le directeur ne voit pas comment elle pourra être déplacée dans un autre établissement.

« Nous ne sommes pas dans la culture du blockbuster au MAC, dit le directeur. C’est fantastique pour la billetterie comme pour le rayonnement quand une exposition marche très bien, mais, en ce moment, les gens des musées pensent plutôt à des façons créatives de raconter de bonnes histoires, avec leurs collections. C’est là où nous allons. »

Le retour aux collections

L’envers de cette logique d’emprunt fait se replier les musées sur eux-mêmes. Le MACM était déjà engagé dans ce mouvement de retour aux collections. Son expo estivale d’un groupe d’artistes québécois intitulée La machine qui enseignait des airs aux oiseaux, prévue de longue date, attendra octobre. Comme prévu, les acquisitions pour la collection permanente favoriseront exclusivement des artistes nationaux. Le directeur espère que les 300 000 $ de son budget d’achat doubleront au cours de l’année grâce à une campagne lancée par la fondation de son établissement.

Cela dit, il ne souhaite pas faire de la retraite locale un nouveau mot d’ordre dans son univers ouvert. « C’est très important de maintenir le dialogue avec les musées à travers le monde et de rapprocher les artistes d’ici et leurs homologues d’ailleurs, dit M. Zeppetelli. Les circonstances nous obligent à nous replier, mais il y a un petit côté dangereux de nous enfermer dans nos propres frontières. »

La directrice des collections du Musée des beaux-arts du Canada ne voit pas ce qui se prépare comme une altération ou un pis-aller. « Nous avions déjà planifié qu’au cours des prochaines années notre programmation mettrait en valeur un contenu majoritairement canadien. La crise renforce ce virage », dit Mme Corriveau. Le MBAC prépare une grande rétrospective du collectif canadien General Idea, pionnier de l’art conceptuel et médiatique. La programmation la maintient pour 2021.

La vocation première du MNBAQ reste naturellement identitaire. « J’ai l’impression qu’un rééquilibrage post-COVID pourrait permettre aux musées de travailler davantage leurs collections, y compris en intégrant des volets nationaux à des emprunts internationaux », dit le directeur Jean-Luc Murray en donnant l’exemple de l’expo Miró à Majorque (2018), à laquelle son établissement aurait pu intégrer des œuvres de Pellan. « On peut aborder les collections avec une vision protéiforme. Les musées ont beaucoup travaillé l’historiographie. On peut maintenant y aller avec les émotions, des approches plus sensibles ou thématiques. »

Le MNBAQ prépare un travail sur ce modèle en sortant des œuvres sur le thème de la nuit, réelle ou métaphorique. « On peut penser à la pandémie comme à une nuit dans nos vies, dit le directeur. On ne serait probablement pas allés dans cette direction si on n’avait pas eu la grande rupture pandémique. »

M. Murray croit aussi que la grande pause planétaire permet aux musées de se repositionner comme lieux apaisants. « On souhaite prendre et donner du temps. On souhaite que les visiteurs s’arrêtent devant une œuvre et l’interrogent. Nous avons même l’idée de réorganiser un pavillon dans cet esprit. On souffre, on doute, on est tristes et on a des deuils à faire en ce moment. Mais une fois passée cette étape, peut-être que dans quelques années, quand on aura fait tout ce qu’on veut faire, on va se dire que, finalement, c’était bien que ça arrive. »

À quelque chose ce cauchemar éveillé est donc bon ? « La crise a forcé chacun d’entre nous et les institutions à faire un temps d’arrêt, une cassure, une réflexion, conclut à son tour Isabelle Corriveau. Il y a beaucoup de positif dans cette crise. Le MBAC va se recentrer activement sur l’expérience du visiteur et sur une programmation engagée, attentive aux communautés que nous servons. »