Le passé en direct au musée Pointe-à-Callière

Etienne Plamondon Emond Collaboration spéciale
Le public peut explorer les expositions permanentes du musée au moyen d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone.
Photo: Un végétalien à Montréal Le public peut explorer les expositions permanentes du musée au moyen d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone.

Ce texte fait partie du cahier spécial La culture dans votre salon

Le musée Pointe-à-Callière mise sur la transmission en direct de contenus pour permettre au public d’explorer à distance l’histoire et les vestiges archéologiques.

Le 17 mai, Pointe-à-Callière célébrera la fondation de Ville-Marie, qui s’est produite à la même date en 1642. Pour cet anniversaire, l’établissement offrait généralement un accès gratuit ou moyennant une contribution volontaire à son musée. Impossible cette année de faire ce cadeau aux Montréalais avec le confinement. Qu’à cela ne tienne, il n’était pasquestion pour l’établissement de passer l’événement sous silence. Ce dimanche, elle organise donc, en collaboration avec Randolph, un jeu-questionnaire au sujet de l’histoire de la métropole, qui sera animé en direct sur les médias sociaux par le comédien Normand D’Amour.

Cette initiative s’ajoute au virage qu’a pris le musée Pointe-à-Callière depuis les débuts de la pandémie. L’établissement a par exemple tourné des capsules dans son exposition temporaire Les Incas… c’est le Pérou ! Deux chargés de projets du musée y expliquent ainsi l’histoire des objets liés aux différentes civilisations précolombiennes. « On a commencé à diffuser les vidéos une fois par semaine, puis les gens posaient des questions sur la page du musée. On a senti un intérêt et aussi qu’avec nos visites virtuelles, on pouvait aller plus loin », indique Marie-Josée Robitaille, directrice des communications et du marketing à Pointe-à-Callière.

Le musée a aussitôt mis en valeur les expositions permanentes. Celles-ci avaient déjà été filmées avec des caméras à 360 degrés. Il suffisait de les rendre plus facilement accessibles pour que le grand public puisse les explorer au moyen d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone. Et pour enrichir cette visite virtuelle, Pointe-à-Callière a commencé à réaliser des Facebook Live, avec des guides du musée ajoutant leurs explications simultanément àune visite virtuelle. L’égout collecteur, l’exposition Ici a été fondée Montréal et les vestiges du fort de Ville-Marie ont eu droit à cette visite guidée numérique. L’exposition Les bâtisseurs de Montréal sera l’objet de celle du 21 mai. 

Et comme plusieurs ont plus detemps avec le confinement, Pointe-à-Callière se permet de rédiger des textes plus longs pour ses éphémérides. Une capsule historique a notamment rappelé qu’une même personne réalisait les tâches des chirurgiens et des coiffeurs au temps de la Nouvelle-France. De quoi méditer en attendant sa coupe de cheveux, puisque les rendez-vous avec ces professionnels ont été reportés par la crise avec des conséquences d’une gravité différente.