Les couleurs essentielles: un arc-en-ciel de mercis

Benjamin Pommier, de Publicité sauvage, colle les affiches du projet Les couleurs essentielles sur une palissade, au coin de l’avenue des Pins et de la rue Saint-Denis.
Photo: Valerian Mazataud Le Devoir Benjamin Pommier, de Publicité sauvage, colle les affiches du projet Les couleurs essentielles sur une palissade, au coin de l’avenue des Pins et de la rue Saint-Denis.

Depuis lundi apparaissent un peu partout dans les rues de Montréal des affiches aux coloris vifs et pimpants. On peut y lire des « mercis ! » bien sentis. Cette gratitude est en l’occurrence destinée aux travailleuses et aux travailleurs des services essentiels, qui, en ce moment, œuvrent sans relâche au mieux-être collectif mis à mal par la COVID-19. Intitulée Les couleurs essentielles, l’initiative est celle de Jacinthe Pilote.

C’est par l’entremise de sa maison d’édition, Paperole, que cette dernière s’est retrouvée dans cette aventure colorée. « Le projet est né dans l’urgence. On devait initialement réaliser un projet vidéo pour la SAT [Société des arts technologiques], à l’intention des gens du système de santé, pour les remercier. Puisqu’on a un gros réseau de contacts avec des illustrateurs et des graphistes, on a vite commencé à recevoir beaucoup de dessins, de partout dans le monde. Et c’était tellement beau ! »

Le projet a continué de faire son chemin dans la tête de Jacinthe Pilote. Rapidement, deux certitudes se sont fait jour en elle : d’abord, cette envie d’élargir le spectre des remerciements à l’ensemble des travailleurs encore à l’œuvre dans les épiceries, les taxis, etc., et, ensuite, celle de faire en sorte que tout un chacun puisse voir les illustrations.

« En faisant la vidéo, j’avais tellement de matériel que je me suis dit que ce serait génial si on pouvait afficher les dessins dehors. On vit une période tellement triste, les gens sont tellement déprimés… J’ai contacté mon imprimeur, Quadriscan, qui a adoré le projet et m’a proposé d’imprimer gratuitement toutes les affiches. J’ai ensuite contacté Publicité sauvage, qui était fermé bien entendu, mais qui a accepté de nous fournir deux afficheurs. »

Sur quelque quarante intervenants, personne ne s’est vu durant le processus accéléré de développement. « Tout le monde a eu énormément de souplesse et de disponibilité. Je n’en reviens pas. »

En faisant la vidéo, j’avais tellement de matériel que je me suis dit que ce serait génial si on pouvait afficher les dessins dehors. On vit une période tellement triste, les gens sont tellement déprimés…

 

Les couleurs essentielles contient, on l’évoquait, des créations d’illustrateurs et de graphistes, mais aussi d’enfants et d’artistes en art contemporain. Une réunion de talents dont se félicite Jacinthe Pilote.

« Il faut comprendre que le milieu travaille habituellement davantage en vase clos, c’est-à-dire que les différents secteurs ne se mêlent pas. »

Un exemple appliqué de solidarité, en somme, qui s’inscrit on ne peut mieux dans l’esprit de l’initiative. « Le but, c’est de mettre de la couleur et de l’espoir dans la vie des gens. »

Les couleurs essentielles se décline en trois volets : une série d’affiches, une vidéo, ainsi que des « stories » sur Facebook et Instagram. Enfin, les créations ayant été données, elles sont libres de droits pour ceux qui voudraient reproduire le projet dans une autre ville ou par dans un hôpital, CHLSD, CLSC pour soutenir nos services essentiels.