MBAM: 1500 oeuvres pour rassembler

Jessica Dostie Collaboration spéciale
David Garneau, «Not to Confuse Politeness with Agreement», 2013
Illustration: Christine Guest David Garneau, «Not to Confuse Politeness with Agreement», 2013

Ce texte fait partie du cahier spécial Musées

Inaugurée l’automne dernier, l’aile Stéphan Crétier et Stéphany Maillery du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) abrite Les arts du Tout-Monde. Cette nouvelle exposition permanente, qui rassemble pas moins de 1500 oeuvres d’art réparties en dix galeries entièrement réaménagées, peut très bien faire à elle seule l’objet d’un arrêt au musée et nous occuper pendant des heures. Visite guidée.​

Les arts du Tout-Monde propose ni plus ni moins qu’un « voyage autour du monde », dit Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef en entrevue. Décrit comme « l’ambitieux redéploiement » de l’exposition permanente du MBAM (auparavant désignée sous l’appellation « cultures du monde »), le réaménagement des galeries situées au quatrième étage du pavillon Jean-Noël Desmarais permet de (re)découvrir quelque 1500 objets et œuvres d’artistes originaires de tous les continents.

C’est aussi un voyage dans le temps : on y trouve côte à côte des artefacts datant du quatrième millénaire avant notre ère et des œuvres contemporaines. « Notre but était de créer des passerelles entre des objets très anciens et des artistes contemporains, explique la conservatrice en chef. J’ai toujours dit que c’est une force de faire dialoguer différents types d’objets afin de les valoriser et de les actualiser. » En ce sens, le musée se distingue en allant au-delà de l’histoire de l’art, avec une approche plutôt encyclopédique.

Cette vision à la fois interculturelle, transhistorique et inclusive résonne jusque dans le titre de l’exposition, le Tout-Monde, concept du philosophe et poète martiniquais Édouard Glissant. « L’idée, c’est de réunir les cultures en insistant sur les liens qui nous unissent plutôt que sur nos différences, résume Nathalie Bondil. Les frontières ne séparent pas ; elles sont plutôt des lieux de rencontre. »

Un parcours en dix temps

Chacune des dix galeries est consacrée à une zone géoculturelle, un parcours qui permet de réfléchir à certains enjeux de la société contemporaine. Ainsi, les visiteurs sontamenés à voyager de l’Afrique aux Amériques, en passant par le bassin méditerranéen, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-Est et le Japon.

« Dans chaque galerie, il y a une thématique forte qui transcende les différences pour que nous nous sentions concernés par ces mondes qui sont si loin de nous, fait valoir la directrice générale du MBAM. Il n’existe rien d’équivalent. »

Par exemple, dans la zone L’Afrique et la circulation des mondes, les œuvres phares de l’art ancien sont revisitées dans un contexte de mondialisation où « les frontières qui caractérisaient les récits de la modernité s’entremêlent » et côtoient des créations issues de la scène artistique africaine et afrodescendante.

La galerie consacrée à l’Océanie, nommée Le continent bleu, ouvre pour sa part une fenêtre sur les questions environnementales et le fameux continent de plastique, alors que la collection d’art chinois fait le pont avec la société de consommation, d’hier à aujourd’hui.

Des dizaines de trésors à découvrir

Parmi les trésors les plus remarquables que recèle la collection du MBAM, notons deux sarcophages égyptiens, dont le cercueil d’Hetep-Bastet, un bassin syrien du XIIIe siècle fabriqué pour le dernier sultan ayyubide d’Alep, un ensemble deprès de 3000 boîtes à encens japonaises et une rare statue dogon. Le musée met aussi en lumière le travail d’artistes contemporains internationaux comme Masimbo Hwati, Leila Alaoui, Hiroshi Sugimoto et Shilpa Gupta, et des créations autochtones d’ici et d’ailleurs.

L’exposition sera néanmoins appelée à évoluer au fil des acquisitions et des rotations — une première rotation sera d’ailleurs effectuée ce printemps.

«Les arts du Tout-Monde» en chiffre

• Aile Stéphan Crétier et Stéphany Maillery : 11 033 p2

• Nombre de galeries : 10

• Nombre d’oeuvres que compte la collection : plus de 10 000

• Nombre d’oeuvres exposées : plus de 1500

Source : mbam.qc.ca