Stan Douglas représentera le Canada à la Biennale de Venise

Stan Douglas, 59 ans, est un artiste visuel qui travaille avec plusieurs médiums.
Photo: Evaan Kheraj via La Presse canadienne Stan Douglas, 59 ans, est un artiste visuel qui travaille avec plusieurs médiums.

C’est le créateur multidisciplinaire de Vancouver Stan Douglas qui a été choisi pour représenter le Canada à la 59e Biennale de Venise de 2021. L’homme est « un des artistes les plus respectés du pays à l’échelle internationale », a affirmé Sasha Suda, directrice générale du Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).

Stan Douglas, 59 ans, partage sa vie entre Vancouver et Los Angeles. Comme artiste visuel, il touche à plusieurs disciplines. Douglas a déjà créé des films, de la vidéo et fait de la photographie ; ses oeuvres ont été abondamment exposées lors des 30 dernières années. Certaines sont présentes dans les collections de musées d’importance, comme le Centre Georges Pompidou à Paris, la Tate Gallery à Londres et le Museum of Modern Art à New York.

« Il est au sommet de sa carrière en ce moment, a raconté Mme Suda au Devoir. Et on a senti, nous les membres du jury, que le Canada se devait de mettre Stan de l’avant, que c’était son moment. Le travail qu’il fait est incroyable, il est quelqu’un qui a souvent un regard sur les questions raciales et d’ethnicité, à travers le monde colonial et postcolonial. Il amène une réflexion avec une approche très nuancée et rigoureuse. »

Dans le mot officiel de l’annonce du choix de Stan Douglas, le comité national d’experts en art canadien contemporain a d’ailleurs expliqué que « sa pratique est reconnue pour son imagination critique, son inventivité formelle et son engagement profond envers les recherches sociales ».

Photo: Stan Douglas, avec l’autorisation de l’artiste, David Zwirner et de Victoria Miro Stan Douglas, vue de l’installation «Doppelgänger», 2019, à Venise

Ce comité était composé de John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain de Montréal, de Reid Shier, directeur de la Polygon Gallery, de Kitty Scott, sous-directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts du Canada, et de Sasha Suda, directrice générale du Musée des beaux-arts du Canada.

M. Douglas, estime Sasha Suda du MBAC, réussit à proposer une création à la fois complexe et accessible. « Il utilise le vocabulaire des médias de masse, le docudrame, les films d’espionnage, la science-fiction. C’est subtil, mais le ver est dans la pomme », illustre-t-elle, ajoutant que Douglas sait manier le type de récit qu’impose le numérique.

Le gagnant 2016 du prix de photo Hasselblad devra donc créer une oeuvre pour la Biennale de Venise, qui se déroule de mai à novembre 2021. La création sera installée dans le pavillon du Canada, installé dans la ville italienne depuis une soixantaine d’années.

« On n’a eu aucune conversation avec lui au sujet de l’oeuvre, mais quand on regarde sa pratique, on peut imaginer que ça sera immersif, que ça pourrait inclure de la musique, de la performance live. Ça va être multisensoriel et ça va être un coup d’éclat. »

La Biennale de Venise accueillera quelque 80 pays participants. Plusieurs voix, dont le MBAC, qualifient l’exposition d’art contemporain de la plus importante et la plus prestigieuse au monde. Douglas a déjà vu son travail être exposé à Venise lors de précédentes éditions rassemblant des artistes de plusieurs pays.

« C’est parfois appelé les Olympiques de l’art visuel, résume Sasha Suda. On se rend compte que les gens font de moins en moins confiance à des canaux de communication comme Facebook ou les nouvelles. Et je crois que l’art, plus que jamais, permet aux cultures de communiquer malgré les frontières géographiques, politiques, ethniques ou culturelles. Ce sont là des artistes travaillant indépendamment, représentant leur pays de résidence, et c’est très puissant. »

En 2019, le Canada était représenté par le collectif inuit Isuma, composé de Zacharias Kunuk et Norman Cohn. En 2015, le collectif québécois BGL avait aussi transformé le pavillon du Canada à Venise en dépanneur.