Sur le radar: dans tous ses états

Alain Paiement, «Cadres intervalles», 2018
Photo: Avec l’aimable permission de l’artiste et de la galerie Hugues Charbonneau Alain Paiement, «Cadres intervalles», 2018

Œuvre atypique sur tous les plans, Bleu de bleu d’Alain Paiement est en vedette au MAC. L’œuvre d’art public se distingue par son envergure et le nombre d’acteurs variés — du privé et du public — mobilisés pour sa réalisation sur un site d’accueil inusité : le long de l’autoroute 20, entre le centre-ville de Montréal et l’aéroport. Depuis 2017, l’œuvre ponctue ce trajet par des interventions lumineuses ou peintes de couleur bleue. Qu’à cela ne tienne, elle devra disparaître, car la voilà déjà gagnée par la pollution, entre autres choses.

C’est sans compter les idées auxquelles l’artiste a dû renoncer, faute de moyens suffisants et face aux réalités du contexte. En quelque sorte incomplète et éphémère, l’œuvre a malgré tout été acquise par le MAC. Le processus d’acquisition a donné lieu à une autre itération du projet, une œuvre en soi, dont les résultats sont exposés en ce moment. Le photographe féru de fines manipulations numériques refait surface dans cette production liant 32 éléments, qui oscillent entre document et fiction. C’est à se demander ce que la postérité en retiendra. En complément, une publication savante (PUM, MAC) creuse les enjeux de ce cas avec les textes de Marie-Ève Beaupré, de Christine Bernier, d’Aseman Sabet et d’Hubertus von Amelunxen.

 

Bleu de bleu

Alain Paiement. Au Musée d’art contemporain de Montréal jusqu’au 5 janvier.