Le Musée d’art contemporain restera ouvert jusqu’en 2020

Le flottement dans la réalisation des travaux cause également des soucis aux employés, qui ne savent pas combien d’heures par semaine ils devront travailler dans l’horaire des prochains mois.
Photo: Valérian Mazataud Le devoir Le flottement dans la réalisation des travaux cause également des soucis aux employés, qui ne savent pas combien d’heures par semaine ils devront travailler dans l’horaire des prochains mois.

Le Musée d’art contemporain reporte de plusieurs mois son ambitieux projet de rénovation, a appris Le Devoir. Le MAC tiendra finalement son camp de jour de la relâche scolaire, du 4 au 8 mars, et son projet éducatif Seminarts dans ses espaces traditionnels de la rue Sainte-Catherine, et y présentera une programmation pour l’été 2019. Les printemps du MAC auront aussi lieu en avril.

Il semble que ce soit des problèmes logistiques, liés notamment à la localisation du MAC, tout près de la Place des Arts et dans le Quartier des spectacles, qui ont retardé l’échéancier.

Le MAC avait fermé ses portes le 21 janvier, suivant l’échéancier initial des rénovations. Une partie de ses activités devait déménager à la Fonderie Darling à la même date, mais ce projet a été manifestement abandonné.

Selon Jean-François Sylvestre, le président de la section Montréal-Laval-Montérégie pour le Syndicat des employés de la fonction publique et parapublique du Québec, les employés ont fait des cartons au cours des dernières semaines et devront peut-être devoir les défaire, en fonction de l’échéancier.

Ce flottement dans la réalisation des travaux cause également des soucis aux employés, qui ne savent pas combien d’heures par semaine ils devront travailler dans l’horaire des prochains mois. Ceux-ci ont d’ailleurs dû faire face à de nombreux changements d’échéanciers au cours des derniers mois. « On a une soixantaine de postes, une centaine au total si on compte les saisonniers », dit Jean-François Sylvestre.

M. Sylvestre estime qu’une trentaine de personnes travaillent présentement au MAC et qu’elles travaillent à temps partiel.

« Ça ne nous arrange pas vraiment », d’apprendre que les rénovations sont reportées, a dit M. Sylvestre.

La convention collective des employés permet d’ailleurs au Musée d’ajuster son emploi de personnel en fonction de ses heures d’ouverture.

Les espaces utilisés par le MAC cet été, dans l’édifice de la rue Sainte-Catherine, seront réduits, puisque des salles ont dû accueillir une partie des collections. Mais la programmation devrait s’y poursuivre au bout du compte jusqu’à l’automne 2020.

Les plans préliminaires de la transformation ont été conçus par le consortium d’architectes québécois Saucier et Perrotte Architectes et GLCRM et Associés Architectes. Ils prévoient de doubler l’espace d’exposition du MAC, qui atteindra 5000 mètres carrés. Le plan prévoit également la mise en place d’un jardin suspendu, un café et un restaurant. Le ministère fédéral du Patrimoine canadien et le ministère de la Culture et des Communications y ont investi chacun 18,9 millions de dollars.