«La petite vie» s’installe à Pointe-à-Callière

Martine Letarte Collaboration spéciale
La populaire série humoristique «La petite vie», diffusée entre 1993 et 1998, a battu des records canadiens d’audience, rassemblant quelquefois jusqu’à 4 millions de téléspectateurs devant le petit écran.
Photo: Avanti Groupe La populaire série humoristique «La petite vie», diffusée entre 1993 et 1998, a battu des records canadiens d’audience, rassemblant quelquefois jusqu’à 4 millions de téléspectateurs devant le petit écran.

Ce texte fait partie du cahier spécial Les Fêtes au musée

L’événement La petite vie, pour souligner le 25e anniversaire de la série à la popularité inégalée, risque d’attirer bien des Québécois pendant les vacances des Fêtes à Pointe-à-Callière. C’est aussi le moment de découvrir la nouvelle version de l’exposition permanente Les bâtisseurs de Montréal et, bien sûr, de participer aux activités familiales de Noël.

La populaire série humoristique La petite vie à Pointe-à-Callière, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal. Surprenant ? Pas du tout, d’après Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière.

« Oui, nous sommes situés sur des sites archéologiques et nous avons des bâtiments historiques, mais nous sommes avant tout le musée de Montréal, explique-t-elle. Nous nous intéressons aussi à la société, à l’économie, à la politique et la culture : nous sommes un musée transdisciplinaire. »

Cette série humoristique diffusée entre 1993 et 1998 a battu des records canadiens d’audience, rassemblant quelquefois jusqu’à quatre millions de téléspectateurs devant le petit écran. Et encore aujourd’hui, les reprises attirent près de 600 000 personnes devant leur téléviseur le samedi soir.

« La petite vie, c’est devenu un véritable patrimoine culturel immatériel qui a traversé le temps, affirme Francine Lelièvre. Et c’est l’une des rares séries dont tous les costumes et décors ont été conservés, alors pourquoi ne pas donner une chance à tous ceux qui ont regardé l’émission, ou qui la découvrent aujourd’hui, d’être invités chez les Paré ? »

Les visiteurs de l’exposition, à l’affiche du 5 décembre au 7 avril, pourront donc visiter l’appartement de Pôpa (Claude Meunier) et Môman (Serge Thériault), puis se faire photographier dans leur lit vertical. Il sera même possible de prendre place à bord de la voiture des Paré, avec son téléviseur sur le capot.

L’exposition présentera aussi de nombreux extraits vidéo de la série, en plus de s’immiscer dans l’intimité des tournages grâce à la présentation de bloopers. On en apprendra aussi sur les dessous de l’écriture de la série par son auteur, Claude Meunier. Il sera également possible de participer à différentes activités interactives. Oserez-vous vous mesurer à Rénald (Marc Labrèche) dans un élan de Bamba ?

« Cette exposition se veut bien sûr un hommage aux comédiens, aux créateurs et aux artisans de cette série », affirme Francine Lelièvre.

Après avoir récolté une foule de prix dans les années 1990, La petite vie a été élue par le public série préférée des 25 dernières années lors du 25e anniversaire des prix Gémeaux.

Les enfants pourront aussi exprimer leur créativité en se laissant inspirer des vidanges de Pôpa pour réaliser des bricolages à partir de matières recyclées. Il sera également possible de reprendre le motif banane cerise du papier peint kitsch de la série en sérigraphie et produire une petite scène en stop motion. Ces ateliers se tiendront du 2 au 6 janvier, de 13 h à 16 h.

Les bâtisseurs de Montréal

Pointe-à-Callière est par ailleurs en train de donner une cure de jouvence à son exposition permanente Les bâtisseurs de Montréal, qui sera présentée aux visiteurs dès le 21 décembre. Le Musée a même osé pour l’occasion se lancer dans l’aventure de l’intelligence artificielle.

« Nos nouveaux personnages virtuels du XVIIIe siècle pourront répondre à des questions posées par les visiteurs sur leur époque, explique Francine Lelièvre. Ils peuvent répondre à des milliers de questions déjà et leur banque d’information continuera à s’enrichir. Nous commençons avec trois personnages et, si tout va bien, on pourrait en voir arriver d’autres prochainement. »

La nouvelle version de l’exposition permettra de chercher ses ancêtres arrivés à Montréal parmi trois banques de données : franco-catholique, anglicane-protestante et juive.

Une ligne du temps créée au fil des objets retrouvés sur le site de la crypte archéologique, riche de plusieurs siècles d’occupation, sera également à découvrir.

Qui est le vrai père Noël ?

Pointe-à-Callière propose enfin Qui est le vrai père Noël ? les 15 et 16 décembre et du 22 au 31 décembre. Cette activité familiale, pensée spécialement pour les enfants de 4 à 9 ans, propose de partir à la rencontre des pères Noël à travers le monde. Dans cette visite de 45 minutes, en compagnie des guides-animateurs du Musée, les jeunes découvriront les traditions des Fêtes dans quatre pays à travers quatre personnages : Babouchka, Pierre le Noir, Melchior et le père Noël.