Médias interactifs: penser un morceau de New York à Montréal

Le Musée de la statue de la Liberté doit ouvrir ses portes au pied même du monument en 2019.
Photo: Julio Cortez Associated Press Le Musée de la statue de la Liberté doit ouvrir ses portes au pied même du monument en 2019.

On trouve les locaux de Float4 dans un dédale de corridors d’un édifice de Saint-Henri, à Montréal. Puis, le président de la compagnie, Alexandre Simionescu, nous reçoit dans des salles aérées. Il faut dire que le savoir-faire de cette compagnie, qui est en train de concevoir le contenu numérique du futur Musée de la statue de la Liberté, à New York, tient dans des appareils de taille modeste.

Sur le mur, on projette un contenu numérique diffusé en temps réel et en très haute définition, avec lequel le corps humain peut interagir. C’est l’un des produits émergents qui fait la fierté de la compagnie. Sur un mur, trois horloges indiquent simultanément l’heure de Dubaï, de Paris et de Montréal.

L’installation interactive du Musée de la statue de la Liberté, qui ouvrira au pied même de la statue, en 2019, n’est pas le plus gros projet de la compagnie Float4. Mais c’est peut-être le plus prestigieux, commente Alexandre Simionescu. Depuis la création de la compagnie, en 2008, par cinq étudiants sortant de l’École polytechnique, Float4 a conçu l’environnement d’un énorme centre commercial à Dubaï, d’un autre à Chicago, et elle est à travailler sur celui du nouveau siège social de Nestlé à Washington. Ils ont créé des installations numériques pour l’hôtel Sofitel Baltimore à Paris et pour le siège social d’eBay à San Francisco. « Mais il n’y a qu’une statue de la Liberté », souligne-t-il. Alexandre Simionescu, le seul fondateur resté au poste depuis la fondation de la compagnie, a par ailleurs fait ses débuts chez Ubisoft, dans le monde du jeu vidéo.

Incubateur

Si à peu près toute la main-d’oeuvre de Float4 est à Montréal, seulement 20 % des contrats qu’elle signe s’y trouvent.

À Montréal, on a le talent, mais les besoins sont à l’étranger


C’est entre autres grâce à sa collaboration avec ESI design, aux États-Unis, que Float4 a obtenu le contrat de créer l’environnement du futur Musée de la statue de la Liberté. Les deux compagnies travaillent en collaboration pour créer les expositions du musée. Ce musée est créé par la Fondation de la statue de la Liberté-Ellis Island, ave le service des Parcs nationaux américains et le ministère de l’Intérieur des États-Unis.

L’édifice du Musée couvrira une superficie de 26 000 pieds carrés, et devrait ouvrir ses portes en 2019. On y trouvera à la fois des artefacts historiques, des médias immersifs et des stations interactives. Une première salle présentera l’histoire de la statue grâce à des projections auxquelles collaboreront différents réalisateurs. La deuxième, que conçoit Float4, comptera 20 stands interactifs. Dans l’un d’eux, les participants seront invités à déterminer leur conception de la liberté. La photo qui en résultera fera ensuite partie d’une gigantesque murale. On prévoit d’y recevoir quelque 4,4 millions de visiteurs par année.

Étant donné que la statue se situe sur une île, l’espace est restreint pour accueillir les visiteurs. Float4 fera appel à l’intelligence artificielle pour écarter les photos jugées indécentes de la murale.

Float4 fonctionne pour l’instant avec 15 employés permanents et une trentaine d’autres qui s’intègrent de façon contractuelle. La compagnie offre à la fois des services technologiques et des services créatifs, et fête son 10e anniversaire cette année.