Sur le radar – L’art comme thérapie

Une expo regroupe des oeuvres créées tout au long de ces années.
Photo: Maxime Galand, Yannick Pouliot Une expo regroupe des oeuvres créées tout au long de ces années.

Depuis 1992, la Fondation pour l’art thérapeutique et l’art brut du Québec, surnommée Les Impatients, utilise des ateliers de création artistique afin de venir en aide à des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale.

Depuis l’automne, afin de célébrer ses 25 ans, une expo regroupe des oeuvres créées tout au long de ces années dans le cadre des patientes et persévérantes activités des Impatients. De plus, les artistes Maxime Galand et Yannick Pouliot, en collaboration avec Gabriel Dharmoo, André Pappathomas et Elizabeth Lima — trois spécialistes du son —, ont monté une installation immersive intitulée Je le dis comme je le chante.

Dans six alcôves sont présentés autant de petits univers pour spectateur unique. Chacune de ces pièces permettra de raconter un récit poétique touchant. Une oeuvre très réussie.

Je le dis comme je le chante

À la Galerie des Impatients, 100, rue Sherbrooke Est, 4e étage, jusqu’au 25 mars.