Le MAC à un an du grand dérangement

Le Musée d’art contemporain de Montréal devra déménager ses pénates ailleurs, durant la période de rénovation de l’édifice de la rue Sainte-Catherine.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Le Musée d’art contemporain de Montréal devra déménager ses pénates ailleurs, durant la période de rénovation de l’édifice de la rue Sainte-Catherine.

L’année 2019 sera celle du grand dérangement pour le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC). Le musée devra en effet déménager ses pénates ailleurs, durant la période de rénovation de l’édifice de la rue Sainte-Catherine. La compagnie d’architecture lauréate du concours tenu pour la rénovation du musée devrait être connue au cours des prochaines semaines. Le choix du lauréat est déjà établi, mais la décision doit être entérinée par le Conseil des ministres à Québec.

On sait par contre déjà que le projet prévoit que le MAC installera désormais des expositions dans les salles qui servent aujourd’hui d’espace d’entreposage. Un nouvel espace de réserves muséales est requis à Montréal pour garder les collections de différents musées. En entrevue, le directeur du MAC, John Zeppetelli, évoque la possibilité que cet espace soit associé au bâtiment de BAnQ dans la rue Holt.

Durant toute la durée des travaux, soit entre deux et trois ans, le musée devra trouver d’autres lieux pour maintenir ses activités, expliquait jeudi M. Zeppetelli. Ceux-ci ne sont pas encore déterminés. Ce pourrait être, par exemple, des locaux vides sur le boulevard Saint-Laurent, suggère le directeur. M. Zeppetelli ajoute que le MAC, qui devra tout de même composer avec des contraintes d’espace durant cette période, pourrait accentuer ses collaborations avec divers organismes, dont la Place des Arts par exemple. Il a donc annoncé jeudi la dernière programmation qui prendra place au musée dans sa forme actuelle.

Une partie de cette programmation a d’ailleurs été montée pour pallier la disparition de la Biennale de Montréal, dont la fermeture a été annoncée il y a quelques mois. C’est ainsi que le MAC accueillera une vaste exposition de l’artiste montréalais d’origine mexicaine Rafael Lozano-Hemmer, qui met en scène des installations multidisciplinaires et interactives exploitant les rapports poétique et politique avec le spectateur.

Parmi ces installations, mentionnons le Vicious Circular Breathing, par laquelle le visiteur est invité à respirer (s’il le désire !) de l’air qui a déjà été inhalé par tous les autres visiteurs, et qui a été contenu dans des sacs de papier… M. Zeppetelli mentionnait aussi l’installation Pulse Room, qui fait résonner la pulsion cardiaque des spectateurs en choeur et qui sera réaménagée pour l’occasion. On pourra visiter l’exposition de Rafael Lozano-Hemmer au MAC du 24 mai au 9 septembre.

À partir du 20 octobre, trois expositions abordant le thème du manifeste se croiseront au musée. Mentionnons d’abord Manifesto, produite en 2015 par Julian Rosefeldt. Cette installation vidéo met en scène l’actrice australienne Cate Blanchett dans toute une gamme de rôles, de celui du sans-abri à celui de l’animatrice de télévision, en passant par la chorégraphe ou l’ouvrière. Tous les monologues prononcés dans la vidéo sont tirés de manifestes artistiques écrits au cours des 150 dernières années : écrits des futuristes, des dadaïstes, des suprématistes, des situationnistes, etc.

Les originaux de ces manifestes seront d’ailleurs exposés dans une salle voisine du musée, et les visiteurs pourront en consulter des fac-similés.

À propos de manifeste, Françoise Sullivan, l’une des signataires de Refus global, texte dont on célèbre le 70e anniversaire, fera l’objet d’une grande rétrospective au MAC. On y traversera les différentes périodes de production de l’artiste, en danse, à travers des vidéos mettant en scène ses chorégraphies, en sculpture et en peinture. On y trouvera des inédits de l’artiste, qui, à 93 ans, peint toujours, quotidiennement, dans son atelier de Montréal. Une section sera également consacrée aux archives de l’artiste. L’exposition partira en tournée à travers le Canada de 2019 à 2021.