De rares photos anciennes du Québec désormais visibles en ligne

Vue sur le Vieux Château prise depuis le clocher de Notre-Dame par Jules Benoît dit Livernois, vers 1864
Photo: BANQ Vue sur le Vieux Château prise depuis le clocher de Notre-Dame par Jules Benoît dit Livernois, vers 1864

Certaines des photographies les plus anciennes de la collection nationale du Québec sont désormais disponibles en ligne. Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) vient de rendre disponibles en format numérique 202 photographies exceptionnelles contenues dans le fonds d’archives Paul-Gouin.

Ce sont de fragiles images un peu jaunes, tirées à l’albumine. Elles rendent compte notamment du terrible incendie qui détruira en 1866 à Québec les quartiers Saint-Roch, Saint-Sauveur et Saint-Vallier. Dans la nuit du 14 octobre cette année-là, les flammes se propagent et jettent à la rue au moins 15 000 personnes. Il y a plusieurs grands brûlés. Et des morts. Plus de 2 500 maisons sont détruites. Ne reste plus pour le photographe qu’un paysage de ruines où des cheminées de pierres restées debout semblent implorer le ciel.

Les photos de cette catastrophe sont l’oeuvre de William Leggo. Ce nom nous est à peu près inconnu aujourd’hui. Il est pourtant majeur. Né à Québec en 1839, William Leggo est d’une grande importance dans l’histoire de l’imprimerie et des médias. Photographe d’abord, il invente un procédé mécanique qui permet de reproduire des images à un coût relativement bas. Cet inventeur va s’allier à un puissant homme d’affaires, l’imprimeur George-Édouard Desbarats.

L’inventeur Leggo

La leggotypie est un procédé à l’époque révolutionnaire. Grâce à cette méthode, on peut imprimer sur une même presse du texte et des images beaucoup plus facilement. C’est une révolution dans les communications. Elle va conduire ce photographe jusqu’à la tête de projets de journaux à Québec, à Montréal et à New York.

Le procédé de William Leggo sera appliqué notamment au Canadian Illustrated News et à son pendant en langue française, L’Opinion publique. Ces hebdomadaires populaires, uniques en leur genre, constituent encore une véritable bibliothèque à eux seuls pour qui souhaite consulter des images de cette période.

Des artistes

Les quelque deux cents photographies mises en ligne par BAnQ ne sont pas toutes de William Leggo. On trouve aussi des oeuvres du photographe paysagiste Alexander Henderson ainsi que de Jules Livernois, lequel assumera, sous son patronyme, la direction d’un des plus célèbres studios de photographie au Canada. Certains photographes sont anonymes.

Par ses choix, le collectionneur de cet ensemble de photos montre des signes évidents d’un très fort intérêt pour le vieux Québec. Faut-il le rappeler, le vieux Québec devint très tôt un espace privilégié pour une certaine idéalisation du passé. Les photographies contenues dans le précieux album numérisé par BAnQ représentent les grands monuments de cet espace symbolique : la terrasse Dufferin, la chute Montmorency, le port de Québec, les marchés Champlain, le parc de l’Artillerie, la rue Saint-Jean.

L’armée britannique

Ces images permettent aussi de voir, en rangs serrés, les troupes de l’armée britannique à leur départ de la ville de Québec le 11 novembre 1871. En garnison depuis la conquête de 1759 par le général Wolfe, les officiers et les soldats du 60e régiment de la Royal Artillery et des Royal Engineers s’embarquent sur le navire Orontes, quai Saint-André, après avoir défilé pour la dernière fois dans les rues de la ville.

La qualité de ces images, le sens de la composition dont elles font preuve, leur maîtrise technique ainsi que les scènes qu’elles croquent en font des objets culturels de grand intérêt.

Les archivistes de BAnQ croient que ces images ont été collectionnées par Paul Gouin. « Malheureusement, il nous est impossible de confirmer la véracité de cette information. Le mystère demeure donc entier », observe BAnQ.

Véritable météore politique des années 1930, Paul Gouin avait quitté avec fracas le Parti libéral pour former l’Action libérale nationale (ALN). Fils de l’ancien premier ministre Lomer Gouin, avocat, nationaliste, il séduit une partie de l’électorat assommée par la crise économique. Son alliance avec les conservateurs de Maurice Duplessis tournera mal. Duplessis finit par avaler littéralement l’ALN. Paul Gouin tentera en vain un retour en politique, puis passera le reste de sa vie à s’occuper d’art et de patrimoine. Collectionneur, marchand, il vendra aussi du matériel d’artiste, puis s’occupera de diverses instances gouvernementales liées à la culture et au patrimoine, dont la Commission des monuments historiques. Il est de toutes les manifestations culturelles de l’après-guerre. Proche de l’ethnologue Luc Lacourcière, il sillonne souvent le Québec en quête de trésors, tout en servant de guide à des visiteurs prestigieux.

15 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 17 novembre 2017 00 h 49

    un monde de beauté et d'agréments

    il est important que les gens saches a quel monde ils ont appartenu, que ce n'était pas seulement un monde de misères qu'il y avait également de la beauté et de l'agrément

  • Jean Lacoursière - Abonné 17 novembre 2017 06 h 51

    Pas trouvable

    Monsieur Nadeau aurait été gentil de nous fournir un hyperlien. J'ai essayé sans succès de trouver l'archive en question.

  • Philippe Dubé - Abonné 17 novembre 2017 07 h 25

    Paul Gouin et la conservation de l'héritage culturel au Québec

    Sur cette question précisement, à lire de Nathalie Hamel: "Notre maître le passé, notre maître l'avenir", publié aux PUL en 2008, 204 pages.

  • Joel Grenon - Abonné 17 novembre 2017 07 h 29

    Le lien?

    Bien intéressant, comme on est sur le web,ça serait bien d'inclure les liens dans vos articles. Dois-je vraiment aller sur le site de la BAnQ et faire une recherche?

  • Michel Corbeil - Abonné 17 novembre 2017 08 h 32

    Je cherche?

    Je soupçonne que vous ne pouvez prendre tout le monde par la main, mais j'ai beau fouiller sur le site de la BAnQ, je n'ai pas trouvé les photos.

    Est-ce possible de publier le lien direct? Et peut-être le faire à chaque fois?

    Merci