Avec «KM3», l’art public s’empare du Quartier des spectacles

La programmation du parcours-exposition «KM3» a été confiée à Melissa Mongiat et Mouna Andraos, le duo d’artistes derrière le collectif Daily tous les jours.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La programmation du parcours-exposition «KM3» a été confiée à Melissa Mongiat et Mouna Andraos, le duo d’artistes derrière le collectif Daily tous les jours.

Une distance de 1,1 km, mais au cube, ça donne… KM3, soit un parcours d’art public à l’intérieur du Quartier des spectacles. Dès la fin du mois d’août, la rue Sainte-Catherine sera la principale scène de cette nouvelle initiative du Partenariat du Quartier des spectacles, l’organisme qui veille à l’animation du secteur.

La place des Festivals, à l’ouest, la place Émilie-Gamelin, à l’est, et entre ces deux pôles, une multitude d’arrêts, entre la rue Ontario et le boulevard René-Lévesque : le parcours, ou exposition temporaire, n’aura rien de rectiligne.

« L’art public s’empare du quartier, clame Pascale Daigle, directrice de la programmation du Partenariat. [Avec KM3], on met en valeur différents espaces, des lieux inhabituels, comme les ruelles et les trottoirs. »

Dévoilé mardi lors d’une conférence de presse tenue sur la terrasse du Centre de design de l’UQAM — un des secrets les mieux gardés en ville —, KM3 réunira 22 oeuvres de tous types. Sculpture monumentale, projection nocturne, dessin graphique, série photo, panneau signalétique, événement ponctuel…

« On a voulu des oeuvres qui mettent l’accent sur la participation du public, dit Pascale Daigle. On veut transformer le regard qu’on a sur la ville, on veut que les gens s’y attardent et ne viennent pas seulement pour voir un spectacle. »

La programmation du parcours-exposition a été confiée à Mouna Andraos et Melissa Mongiat, le duo d’artistes derrière le collectif Daily tous les jours. « Nous nous sommes inspirées du travail que l’on fait depuis quelques années dans l’espace urbain, autour des problématiques politiques ou environnementales », ont déclaré au micro les auteures des balançoires musicales qui animent les environs de la Place des Arts.

Design, jeu, art contemporain…

Dans leur sélection d’artistes, Mouna Andraos et Melissa Mongiat se sont montrées inclusives, invitant notamment le designer de mode Ying Gao ou Les Alts, une équipe de chercheurs dans le domaine du jeu.

L’art contemporain de pointeest par ailleurs bien représenté, notamment avec la présence de Rafael Lozano-Hemmer, de Michel de Broin ou encore d’Alexandre Castonguay. Les deux commissaires ont été conseillées sur cet aspect par Julie Bélisle, responsable du développement des contenus numériques au Musée d’art contemporain.

Patrick Bérubé et sa déroutante signature seront aussi du lot avec un concept qui recyclera les escaliers en colimaçon. L’oeuvre Notre ADN fera 21 pieds de haut.

KM3 tirera aussi profit de deux nouvelles oeuvres permanentes de la collection d’art public de la Ville de Montréal. Paquets de lumière, un triptyque de sculptures évoquant le monde du spectacle, est une réalisation de Gilles Mihalcean destinée au parterre situé devant la Maison symphonique. Lux obscura, un hommage aux films noirs signé Jonathan Villeneuve, a été pensé pour occuper les environs du complexe de cinéma Quartier latin.

Étrange fête foraine

Plusieurs propositions seront de nature ponctuelle. Pour lancer l’événement, un banquet débridé sera conçu par des chefs qui se prêteront au jeu de l’improvisation.

Cinq semaines plus tard, c’est une « étrange fête foraine » qui clôturera KM3. Intitulé Humanorium, ce rassemblement de roulottes et de manèges est une exposition en soi, en s’appuyant sur les projets de neuf artistes.

On pourra y expérimenter Carrousel, oeuvre en chariots d’épicerie du collectif BGL, ou le Musée de la mort du Torontois Jack Burman. Le Catalan Joan Fontcuberta proposera son Freakshow, une collecte d’égoportraits des gens les plus excentriques, alors que Louis Fortier montera un cabinet de curiosités avec ses têtes en cire.

Lancé à Québec en 2016, lors de l’inauguration du plus récent pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec, Humanorium amorcera à Montréal un pèlerinage pancanadien qui s’étendra jusqu’en 2019.

Plusieurs activités ponctueront par ailleurs KM3, parmi lesquelles des visites commentées et des ateliers créatifs. Disposant d’un budget de 2,5 millions, le Partenariat du Quartier des spectacles a bénéficié du soutien financier du gouvernement du Québec, notamment en vertu du contexte du 375e anniversaire de Montréal. Pascale Daigle n’a pas voulu confirmer si KM3 sera reconduit à l’avenir afin d’en faire un événement annuel ou biennal.

KM3 se tiendra du 30 août au 15 octobre.