«Les derniers caprices» d'Alain Laframboise

Alain Laframboise, «Les derniers caprices 3 (détail)», 2016
Photo: Louis Cummins Alain Laframboise, «Les derniers caprices 3 (détail)», 2016

Décédé en 2016, l’artiste et historien de l’art Alain Laframboise a droit à une exposition posthume à la galerie Graff. À un ultime solo en fait : Les derniers caprices. La présentation est teintée de chagrin, notamment par la présence d’un portrait de l’artiste et par l’hommage vidéo signé du compagnon en deuil, Louis Cummins. Les derniers caprices, titre de la série la plus récente parmi les oeuvres exposées, s’impose comme une synthèse de son art (des constructions d’image, souvent en photo) et de sa passion pour la peinture classique — son dada, quand il enseignait, c’était la Renaissance.

Un caprice dans l’histoire picturale consiste en une composition empreinte de nostalgie et d’ornementations architecturales. La version capricieuse de Laframboise est à la fois un clin d’oeil aux mosaïques de l’Antiquité qu’une citation d’un baiser entre Vénus et Cupidon. À la manière d’un Archimboldo, les trois oeuvres-collages de petits papiers tournent autour de l’identité, entre des visages découpés dans des revues d’art et des étiquettes de fruit.

Le résultat tire dans l’excès et le kitsch, mais demeure un précieux résumé d’une vie consacrée au regard.

Les derniers caprices

À la galerie Graff, 372, rue Sainte- Catherine Ouest, espace 216, jusqu’au 24 juin.