Pierre Bourgie ouvre sa galerie au Belgo

L’homme d’affaires et philanthrope Pierre Bourgie
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir L’homme d’affaires et philanthrope Pierre Bourgie

Une de perdue… une de retrouvée. Quatre mois après la fermeture de la galerie Joyce Yahouda, le Belgo verra naître samedi un nouvel espace. L’homme d’affaires et philanthrope Pierre Bourgie a repris le bail de Joyce Yahouda et s’installe à son tour dans cet édifice du centre-ville qui demeure, malgré tout, une bonne niche d’art contemporain.

Pierre Bourgie, galeriste ? Le fondateur d’Arte Musica et mécène derrière la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal répond par la négative. Son espace, baptisé Catalogue, découle du même besoin de partage. Il n’y exposera que les oeuvres qu’il acquiert depuis 40 ans.

« J’ai calculé que, avec quatre expositions par année, ça me donne du gaz pour sept ou huit ans », dit-il, bien assis sur sa chaise et à la fois un peu gêné, avouant ne pas « chercher de publicité ».

M. Bourgie ne jouera pas les marchands — aucune oeuvre ne sera à vendre. Il ne concurrencera pas les centres d’artistes, leur laissant le privilège de l’expérimentation. Et il n’a pas besoin de rentabiliser sa nouvelle aventure. Tout sera gratuit, y compris les récitals qu’il organisera à l’occasion. « J’ai 40 chaises, je distribue 40 billets et, à [l’heure du concert], je barre les portes », annonce-t-il.

À 60 ans, Pierre Bourgie pense à sa postérité. Mais pas question de faire un legs sans voir ses oeuvres exposées ni de créer une fondation, pour laquelle il affirme ne pas avoir d’argent.

La galerie se nomme Catalogue parce que son instigateur songeait à faire une « belle publication » avec toutes ses oeuvres. Le départ de Joyce Yahouda lui a donné l’occasion de procéder autrement. « Pendant sept ans, je la montre, dit-il. Je documente tout, je prends des photos, j’écris les textes. Après, on fera le catalogue. Quand je ne serai plus là, il restera ça. »

Espace ouvert

La localisation centrale du Belgo, à un jet de pierre du Musée d’art contemporain et de son bureau, ainsi que le loyer lui convenait bien.

« Mais l’argent n’est pas un problème », confie-t-il, lui qui loue l’équivalent de trois espaces, avec trois portes et trois fenêtres doubles. Méconnaissable, l’ancienne galerie Joyce Yahouda est devenue un immense loft.

« Je voulais un espace ouvert, sans le surcharger », explique l’homme, qui admet préférer cette formule somme toute plus intime que ce dont ses semblables se sont dotés, les Pierre Trahan (Arsenal, galerie Division) et autres Nick Tedeschi (galerie Parisian Laundry).

Arrivé à l’art par la bande — un cours universitaire hors de son programme —, Pierre Bourgie n’a pas accumulé des oeuvres « avec une intention ». Ce sont des coups de coeur qui le guident. Ses goûts éclectiques traverseront les expositions, à commencer par celle qui inaugure l’espace samedi.

« Il y a des choses anciennes, des choses primitives, des choses contemporaines, du Québec, d’ailleurs. Et il y a la musique et la littérature. J’ai voulu un lieu où tout ça se parlerait », dit-il.

L’exposition inaugurale, Lignes d’ombre — titre inspiré du récit maritime de Joseph Conrad —, navigue à travers l’horizontalité des partitions de musique et la répétition de motifs, comme le mouvement des vagues. À la sculpture d’Idris Khan en hommage à Glenn Gould et au sculpteur minimaliste Carl Andre, à des dessins de Steve Reich et à des peintures de Borduas et d’Ulysse Comtois, notamment, se greffe un ensemble d’objets verticaux de cultures océaniques, dont des pagaies.

« Il y a quelque chose de primitif, même dans Borduas. Il est comme le premier jet du modernisme », clame Pierre Bourgie.

L’arrivée de cette galerie nouveau genre semble être bien accueillie au Belgo. Les galeristes Roger Bellemare et Christian Lambert, dont les expositions évoquent souvent la musique, voient d’un bon oeil ce « collectionneur qui veut faire quelque chose de plus ». Il faut dire que Bourgie est un de leurs fidèles clients.

À l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC), qui loge au 3e étage du Belgo, on déplore encore le départ de Joyce Yahouda. Mais Christine Blais, la directrice de l’AGAC, salue le geste de Pierre Bourgie : « C’est une annonce extrêmement positive, [qui] démontre qu’encore aujourd’hui le Belgo est l’un des principaux lieux culturels de Montréal. »

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Serge Tousignant - Abonné 12 mai 2017 12 h 13

    Belle initiative en effet

    Bravo à Pierre Bourgie.

    Serge Tousignant

  • Guylaine Chevarie-Lessard - Abonnée 12 mai 2017 15 h 10

    Excellente idée.

    Quel beau projet!