Le MBAM dévoile son nouveau «pavillon de la paix»

Le nouveau pavillon de la paix du Musée des beaux-arts de Montréal se déploie sur six étages rue Bishop.
Photo: Source MBAM Le nouveau pavillon de la paix du Musée des beaux-arts de Montréal se déploie sur six étages rue Bishop.

On pourra y consulter des médecins, y suivre des ateliers d’art-thérapie ou, plus conventionnellement, y visiter des expositions. Le nouveau pavillon de la paix du Musée des beaux-arts de Montréal, qui se déploie sur six étages dans la rue Bishop, sera l’emblème de la nouvelle orientation du Musée des beaux-arts de Montréal.

Au moment de faire visiter le nouveau pavillon aux journalistes, mardi, la directrice du musée, Nathalie Bondil, se risquait même à nommer un nouveau concept : « la muséothérapie ».

Ce nouveau pavillon, donc, a été conçu par deux firmes d’architectes, Atelier TAG et Jodoin Lamarre Pratte. Largement fenestré, il propose une promenade entre les salles d’exposition et des aires de repos baignées de soleil, qui donnent également des points de vue inusités sur la ville.

Photo: Source MBAM Une première œuvre est suspendue au plafond de l’une des salles des étages supérieurs du pavillon. Il s’agit du «Nœud pivoine» de l’artiste français Jean-Michel Othoniel.

« Le concours nous invitait à concevoir le musée du XXIe siècle », dit Katsuhiro Yamasaki, de la firme Atelier TAG. Les espaces entourés de fenêtres permettront aussi de voir le musée à partir de l‘extérieur. Au rez-de-chaussée et au sous-sol, deux étages seront consacrés aux visites scolaires, aux ateliers et à la cafétéria. On sait que le musée compte ainsi faire passer de 7 à 12 le nombre d’ateliers éducatifs offerts. Chacun de ces ateliers, très populaires, attire à lui seul quelque 15 000 personnes au musée.

Collection moderne

Sur les étages supérieurs, le pavillon accueillera 700 oeuvres du musée, de la collection moderne, de Rodin à Picasso, et de la donation Napoléon Ier de Ben Weider. Il a aussi été conçu pour recevoir 75 nouvelles oeuvres de maîtres anciens issues de la collection privée de Michal et Renata Hornstein, qui donnent leur nom au pavillon. Déjà, une première oeuvre est suspendue au plafond de l’une des salles des étages supérieurs du pavillon. Il s’agit du Noeud pivoine, de l’artiste français Jean-Michel Othoniel. Les salles d’exposition sont les plus grandes de l’ensemble muséal. Au sous-sol, le collectif Mu sera invité à faire peindre des murales qui feront écho aux collections du musée. Le tout a une superficie de 4958 mètres carrés.

L’ouverture de ce pavillon est donc aussi l’occasion pour le musée d’asseoir sa nouvelle orientation. L’idée de Nathalie Bondil est en effet de sortir les collections de l’ornière disciplinaire de l’histoire de l’art pour les exposer à de multiples usages, dans des domaines aussi variés que la santé ou l’éducation.

Art-thérapie

Ainsi, dès l’automne, deux médecins seront présents au musée pour, entre autres choses, faire un suivi auprès de femmes ayant souffert d’un cancer du sein, expliquait récemment Jean-Luc Murray, responsable du volet éducatif du programme du musée. Des démarches en art-thérapie seront également associées à ce programme.

Des stages en art-thérapie de l’Université Concordia se dérouleront d’ailleurs au musée, qui sera ainsi associé au processus de diplomation.

C’est l’artiste Patrick Beaulieu qui a remporté le grand prix du concours organisé dans le cadre du programme d’intégration des arts à l’architecture, qui prévoit l’allocation de 1 % du budget de construction d’un immeuble à la création d’une oeuvre. Mais l’administration du Musée des beaux-arts de Montréal a également retenu les projets des quatre autres finalistes du concours. Les oeuvres de Patrick Coutu, de Roberto Pelligrinuzi, de Yannick Pouliot et de Martha Townsend orneront ce qu’on appelle le Sentier de la paix contemporain, en contrepoint avec l’art ancien exposé.

À partir du 9 novembre

Le pavillon de la paix du MBAM devrait être ouvert au public à partir du 9 novembre prochain.

Le MBAM a par ailleurs annoncé hier que Jacques Parisien succède à Brian M. Levitt à la tête de son conseil d’administration. Le gouvernement du Québec a investi 20,5 millions de dollars dans le nouveau pavillon de la paix du MBAM et le gouvernement du Canada y a investi 1,5 million de dollars. Le budget total du nouveau pavillon est de 25 millions de dollars.