Concours pour la conception d'un monument commémorant les Olympiques en Grèce - Un Québécois parmi les cinq finalistes

La firme montréalaise O/I Office Interdisciplinaire, dirigée par Jean Beaudoin, se retrouve parmi les cinq finalistes du concours international d'architecture The Monument of the Immortals, projet de monument commémoratif en Grèce, lancé dans le contexte des prochains Jeux olympiques d'Athènes à l'été 2004.

Ce monument sera destiné à honorer l'histoire olympique, l'esprit sportif et les athlètes, et à faire revivre la tradition grecque qui consiste à inscrire le nom des médaillés olympiques pour les immortaliser.

«L'idée est de créer un lieu d'archives pour les Jeux olympiques dans la première ville où ceux-ci ont eu lieu. Ils veulent se doter d'une installation contemporaine pour nommer tous les médaillés olympiques, leur discipline, les villes-hôtes; donc, il faut que ça évolue dans le temps et que ce soit un espace public», explique le concepteur d'espaces.

Les projets soumis devaient donc comprendre une promenade ainsi que des stèles sur lesquelles inscrire les données. «C'est gigantesque, il faut aménager l'espace pour qu'au premier jour de l'installation, il y ait 30 000 entrées [le nombre de vainqueurs à ce jour] et il faut prévoir jusqu'à 500 000 entrées.»

Le site mesurerait 500 mètres sur 250. Une promenade surélevée tout au long permettrait d'admirer l'ensemble de façon plus systématique. «Cette promenade prend assise sur un portail principal ou parvis, où chaque ville-hôte aura son mini-monument, composé de deux grandes parois de verre, décrit Jean Beaudoin. C'est l'idée des ruines amenée de manière très contemporaine.»

À l'autre extrémité, un auditorium extérieur borde les collines environnantes. Entre les deux, une forêt de grands mâts, un pour chaque vainqueur, hauts de presque deux étages et dans un matériau plus compact. Le site compte aussi une bibliothèque d'archives en dessous de l'installation.

Plus de 100 projets ont été soumis en première phase du concours. Les autres équipes en lice pour la seconde phase viennent d'Allemagne, des Pays-Bas, de France et du Japon. Celle-ci exigera des finalistes qu'ils raffinent leur plan en fonction de certaines contraintes (dont celle du budget disponible).

C'est la quatrième fois en moins de deux ans que le travail de Jean Beaudoin est primé à l'occasion de concours internationaux, ce qui n'est pas peu. L'architecte-

designer s'est retrouvé finaliste dans un concours pour un centre culturel en Irlande. Et deux autres de ses soumissions ont reçu une mention: son concept pour la nouvelle salle de l'Orchestre symphonique de Montréal (112 participants) et celui d'une Tour d'observation en Corée (194 soumissions).

Mais le concours d'Olympie rejoint davantage les conceptions de Jean Beaudoin, qui débordent volontiers du strict cadre de l'architecture. «Je crois que c'est une erreur d'approcher les projets en pensant qu'il s'agit de construire un espace fermé et que l'architecture est la solution, rapporte-t-il. L'idée, c'est d'ouvrir ça au design et de se demander si la solution ne pourrait pas aussi être la mise en lumière, une installation, la signalétique, tout ce qui a un impact sur ce que j'appelle le paysage construit.»

Dans cet esprit, Jean Beaudoin a récemment rejoint le réseau Intégral Concept basé à Zurich, qui réunit des concepteurs d'autres pays. Ceux-ci travaillent indépendamment et gardent leur identité, mais ils peuvent aussi se réunir au gré des projets. Lars Muller et Ruedi Bauer (qui a notamment conçu la récente identité de Beaubourg à Paris) en sont membres. Tous sont «convaincus de l'importance d'une pratique ouverte qui prend en compte toutes les composantes de l'espace à concevoir». Ainsi, la firme québécoise prendra désormais le nom Intégral Jean Beaudoin.