En bref: Une exposition virtuelle sur les maisons de disques indépendantes

Le portail du Musée virtuel du Canada offre une nouvelle exposition consacrée à l'histoire des maisons de disques indépendantes du Québec.

Si la navigation s'avère un peu pénible, la richesse des documents photographiques, des extraits d'entrevue et des faits rapportés vaut le détour. L'exposition retrace l'évolution de l'industrie du disque en commençant par la fondation de Berliner Gramophone Company (devenue RCA Victor) en 1899 dans le quartier Saint-Henri, qui fera de Montréal la capitale de l'industrie du disque jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Dédaigné par les multinationales, le répertoire québécois, des interprètes lyriques aux comédiens populaires, est largement enregistré par des compagnies indépendantes, qui voient le jour dès les années 50 (Trans-Canada, Franco disques). Puis, dans les années 70 et 80, l'ADISQ naît et les modèles de production se multiplient.