Alain Chagnon: un marin très attaché à son port

Alain Chagnon avec sa photo intitulée «Rue Plessis, 29 juin 1973»
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Alain Chagnon avec sa photo intitulée «Rue Plessis, 29 juin 1973»

Il est arrivé à la photographie en même temps que sur le Plateau-Mont-Royal. Il y a plus de quarante ans. Il l’est encore, photographe et résidant du Plateau. C’est avec fierté qu’il expose chez lui, en plein sur le trottoir de l’artère centrale de son quartier, l’avenue du Mont-Royal. Alain Chagnon a toujours voulu redonner aux gens ce qu’il tirait d’eux.

L’exposition Vie de quartier, présentée jusqu’au 30 octobre, rassemble 53 photographies noir et blanc, tirées de corpus réalisés entre 1972 et 1986. Elles représentent le Plateau-Mont-Royal sous des jours variés, sous différents visages. Des fêtes de la Saint-Jean côtoient des portraits de commerçants. D’un côté de la rue, des hommes à la taverne, de l’autre, des enfants déguisés et… fumeurs.

Dispersées sur 2 km, entre les rues De Bullion et Fullum, les images grand format respirent le retour d’ascenseur. Celui appliqué par Chagnon et consorts, versés dans la photographie dite sociale.

« Ce qui nous intéresse, c’est rendre aux gens leurs images en exposant sur les lieux où les photos ont été prises », explique l’homme, aujourd’hui dans la soixantaine, dans le texte affiché près de la station du métro Mont-Royal.

Photographe autodidacte, Alain Chagnon fait partie de cette génération qui a documenté le Québec de tous les jours, le Québec des classes populaires. Le travail des Roger Charbonneau, Jean Lauzon, Claire Beaugrand-Champagne et autres reçoit depuis peu une belle reconnaissance.

Il y a eu le projet du collègue du Devoir Nicolas Mavrikakis (l’expo itinérante Déclic 70, 2012-2014). A suivi l’intérêt du Musée des beaux-arts de Montréal, qui s’est traduit par l’acquisition d’une pléthore d’images et leur exposition (La photographie d’auteur au Québec – Une collection prend forme au Musée, 2013). Les projets en solo se multiplient depuis et cette Vie de quartier en est un autre (bon) exemple.

L’emblématique série La taverne (1972-1974), portraits de clients de la Taverne de Paris (l’actuel Bistro de Paris, rue Saint-Denis) accueille ceux qui commencent la visite devant le métro. C’est cette série qui lance la carrière d’Alain Chagnon. Si l’expo s’arrête à 1986, ce n’est pas parce que le Longueuillois de naissance a accroché son appareil.

« On dit que le marin s’éloigne de son port. Ces photos précèdent [ce départ], dit-il. Elles sont de la période où j’ai le plus travaillé sur le Plateau. Après, j’ai fait l’Afrique, le Nicaragua, les États-Unis, l’Asie. Le marin, il a fait son Christophe Colomb. »

Alain Chagnon ne considère pas la période 1972-1986 bien différente des années subséquentes. Il a toujours privilégié une approche, y compris dans son port d’attache : la plongée dans l’inconnu.

« La taverne, ce n’était pas mon univers, assure-t-il. Ma gang de photographes, on allait au Gobelet. C’était comme un restaurant. On te servait des fèves au lard, avec ta bière. Je ne me tenais pas dans les tavernes. Pour moi, c’était aussi nouveau que m’intéresser au travail des femmes [série TNT travailleuses non traditionnelles, 1981-1983]. »

Étranger, mais prompt aux familiarités. Et aux us de ses sujets. « Je prenais des photos, et les verres arrivaient devant moi. Quelqu’un m’en offrait, puis un autre. Ça arrivait par paires », raconte-t-il, attablé devant un café.

Les années ont changé son apparence, barbe bien fournie en moins, lunettes en sus. Mais Alain Chagnon reste le même : un photographe, enraciné dans le Plateau, animé par la rencontre des autres. Et le temps est précieux. Pas question de se précipiter chez celui qui s’étonne de la rapidité avec laquelle le photographe du Devoir s’exécute. Chacun son métier. Lui espère avoir suffisamment d’années pour compléter une série sur le quartier Griffintown, entamée il y a deux ans. « Je visite les résidants, chez eux », dit-il.

Il n’a pas changé, bien qu’il ait adopté, veut veut pas, le numérique. Et la couleur, apparue dans sa photographie naturaliste — la série L’arbre réfléchit, 2006-2013. Il est cependant l’un de ceux qui ont conservé, chez eux, une chambre noire. C’est là qu’il a imprimé les tirages acquis par le Musée des beaux-arts. Pour l’avenue du Mont-Royal, il a par contre fait appel à l’ordinateur. C’est ce qu’il y a de plus pratique, et de plus abordable, surtout côté impression grand format. « À l’époque, si on a fait du noir et blanc, c’est parce que c’était le moins cher », dit-il.

Il admet cependant travailler encore à l’ancienne, sans l’ordinateur, avec des planches-contacts et des maquettes en carton. Et préfère le papier à l’écran, pour évaluer le contraste en noir et blanc.

« L’impression numérique n’est pas la même chose que l’impression argentique. Il ne faut pas qu’il y ait du détail dans le noir, il ne faut pas que les pantalons soient gris », dit celui qui se rappelle que la taverne était sombre.



À voir en vidéo