Trouvez la copie!

Des visiteurs observent des tableaux de la galerie londonienne à la recherche de la copie.
Photo: Ben Stansall Agence France-Presse Des visiteurs observent des tableaux de la galerie londonienne à la recherche de la copie.

Londres — Les visiteurs de la Dulwich Picture Gallery sont invités à observer attentivement depuis mardi à Londres les tableaux de maîtres au mur, à l’affût de la copie chinoise glissée au milieu des Rembrandt, Rubens et autre Gainsborough.

La galerie londonienne a remplacé l’un des 270 tableaux de sa collection permanente par une copie réalisée à partir d’une photo de l’original en quelques semaines dans le village de Dafen, dans le sud de la Chine, pour 126 $, port compris.

Leur but : amener les visiteurs à réexaminer chacun de ses chefs-d’oeuvre parmi lesquels figurent également des Van Dyck, des Constable ou des Canaletto.

« Je pense que c’est celle-ci. Elle a juste l’air trop parfaite », avance Ian Mortimer, un Britannique de 60 ans, montrant du doigt un portrait de 1820 du peintre anglais James Lonsdale.

Partout, le doute

« Soudain le doute est partout, ils doivent observer chacun des tableaux avec attention », a expliqué Xavier Bray, le conservateur de la galerie.

« Quand vous regardez les tableaux de vieux maîtres, vous avez les vernis, le coup de pinceau, le type de toile et la peinture qui craque », a-t-il détaillé.

« La réplique chinoise a été faite en 2014, elle est donc évidente quand vous la trouvez. Ce qui est fascinant c’est de la voir dans le contexte du musée », a-t-il ajouté.

Le cadre compte

Doug Fishbone, l’artiste américain qui a eu l’idée de la supercherie, cherche à démonter la certitude qu’une oeuvre vaut la peine d’être vue sous prétexte qu’elle est exposée dans une galerie d’art dans un beau cadre.

Notant que l’art de la copie n’a rien de nouveau, Xavier Bray affirme juste vouloir « montrer que cette pratique s’est désormais déplacée en Chine » où des millions de copies sont réalisées chaque année pour le marché mondial et domestique.

La copie, accrochée mardi dans un cadre identique à l’originale, sera exposée jusqu’au 28 avril, date où réplique et oeuvre originale seront présentées côte à côte.

À voir en vidéo

1 commentaire
  • Guy Junior Robert - Abonné 12 février 2015 22 h 09

    Wow !

    J'aimerais bien les 2 musées des Beaux-Arts du Québec - Montréal et Québec - fassent la même chose. Idée vraiment géniale !