La tendresse des robots

«Radical K-O», de Jocelyn Pelletier
Photo: Justin Roy «Radical K-O», de Jocelyn Pelletier

Comme chaque année, le Mois Multi de Québec propose au public un paquet d’événements inusités tout au long du mois de février. Esprits obtus s’abstenir.

Art cinétique, robots empathiques (!), sculptures chantant au gré du vent, les propositions cherchent toutes à repousser les limites du connu.

La première partie du festival (du 4 au 7) est dédiée aux spectacles multidisciplinaires. Cette année, trois propositions retiennent l’attention. De l’Autriche, on présente une performance chorégraphique sur le thème du narcissisme et des médias sociaux. Le tout sous le signe de l’humour et de la finesse.

On dit aussi beaucoup de bien de Radical K-O de l’artiste de Québec Jocelyn Pelletier. Ce collaborateur de Christian Lapointe a bâti une performance inspirée de l’univers de la boxe. « Une expérience sensorielle assez intense », promet-il.


Installations
 

Enfin, de Montréal, on nous ramène la dernière création du Théâtre de la Pire Espèce sur le thème des villes. Un petit bijou inspiré du livre Les villes invisibles d’Italo Calvino.

À partir du 12, ce sera le temps d’aller voir les installations, une dizaine au total. Cette année, deux d’entre elles mettent en scène un robot. Dans l’une d’elles (Blind Robot), le visiteur se fait littéralement tâter par un robot aveugle… Une expérience qu’on dit carrément « intime ».


Sculptures cinétiques
 

La responsable de la programmation, Viviane Paradis, insiste aussi sur la grande qualité de l’oeuvre de Samuel St-Aubin présentée au Studio d’Avatar. Avec des objets aussi simples qu’une cuillère ou une feuille de papier, cet artiste crée apparemment des sculptures cinétiques très fortes.

Fait rare, on nous propose aussi cette année un spectacle pour enfants (7 ans et plus) avec Dreaming Now. Créée par le collectif montréalais Youtheatre, l’oeuvre met en scène le rêve d’un petit garçon.

Au total, une centaine d’artistes participent à ce 16e Mois Multi. La plupart des oeuvres sont présentées au complexe Méduse, à l’exception de quelques-unes au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), à la Chambre blanche, à La Rotonde, à Lantiss, au Cercle, à la Galerie des arts visuels et à l’Atelier du roulement à billes.