Un mur luminescent interactif pour le futur amphithéâtre de Québec

L’œuvre de Jonathan Villeneuve Le grand bleu du Nord (maquette) a remporté le concours national visant à doter le futur amphithéâtre d’une œuvre publique. La pièce de près de 372 m2 couvrira environ 80 % du mur du vaste espace d’accueil de l’édifice.
Photo: Jonathan Villeneuve L’œuvre de Jonathan Villeneuve Le grand bleu du Nord (maquette) a remporté le concours national visant à doter le futur amphithéâtre d’une œuvre publique. La pièce de près de 372 m2 couvrira environ 80 % du mur du vaste espace d’accueil de l’édifice.

Une immense matrice interactive et lumineuse toute bleue sera intégrée au hall d’entrée de l’amphithéâtre de Québec. L’oeuvre de Jonathan Villeneuve Le grand bleu du Nord a remporté le concours national visant à doter la future infrastructure d’une oeuvre publique.

La pièce de près de 372 m2 couvrira environ 80 % du mur du vaste espace d’accueil de l’édifice. Ses 5120 capsules lumineuses s’animeront en fonction de l’achalandage dans le hall d’entrée. Le mur bleu interactif évoquera ainsi l’action du vent et de la neige.

« L’oeuvre d’art numérique qui sera construite est à la fois magistrale et audacieuse, tant par sa dimension que par son originalité. Elle va créer un impact visuel hors du commun dès l’arrivée des visiteurs », affirme le maire Régis Labeaume dans le communiqué de l’événement. La maquette de l’oeuvre a été dévoilée mardi matin en présence de M. Labeaume, ainsi que de la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David. L’oeuvre sera inaugurée en 2015.

Membre du collectif Perte de signal depuis 2005, Jonathan Villeneuve conçoit des oeuvres qui bougent, émettent du son et de la lumière, laissant le visiteur présumer de leur fonction. L’artiste compte une autre de ses pièces dans l’espace public de la capitale. Son installation lumineuse interactiveOrganicus coiffe l’École de cirque de Québec depuis 2011. Pour Le grand bleu du Nord, il bénéficie d’une somme de près de 400 000 $ pour la conception, la réalisation et l’installation de l’oeuvre.

Le concours s’inscrit dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture des bâtiments et des sites du gouvernement (dite « politique du 1 % »). En vertu de celle-ci, le ministère de la Culture dédie environ 1 % du budget de construction des infrastructures publiques à la création et à la production artistique. La banque d’oeuvres publiques réunit plus de 3300 pièces.

Le montant calculé pour le « 1 % » de l’amphithéâtre s’élève à 1,6 million de dollars au total. Un record pour l’art public de la capitale. L’enveloppe a toutefois été répartie entre deux projets distincts. L’autre oeuvre, qui fera aussi l’objet d’un concours à venir, sera intégrée à la place publique extérieure bordant le site.