Nadia Myre, dernière Québécoise en lice pour le Sobey

Meditations on Red # 1 (2013), de l’artiste Nadia Myre
Photo: Art mûr Meditations on Red # 1 (2013), de l’artiste Nadia Myre

Le prix Sobey 2014 ne sera remis qu’en novembre, mais déjà mercredi, on a atteint l’étape ultime. La « liste courte », composée de cinq finalistes — un par région —, a été dévoilée à Halifax, là où se mijote depuis 2002 cette prestigieuse récompense de 50 000 $ destinée à un artiste de moins de 40 ans. Elle découle d’un partenariat entre le Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse et la Fondation Sobey.

 

C’est Nadia Myre, artiste multidisciplinaire d’origine algonquine, qui représentera le Québec. L’auteure de bon nombre d’oeuvres fortes autour des questions identitaires et linguistiques, dont Indian Act (2000-2003), projet de longue haleine qui consistait à recouvrir de perles un célèbre texte de loi, devient finaliste pour la première fois à sa dernière année d’admissibilité — elle est née en 1974.

 

Elle a été préférée à des consoeurs du calibre d’Olivia Boudreau, vidéaste de la lenteur, et de Diane Morin, sculpteure du mouvement. C’est dire la qualité du concours. Dominique Pétrin, artiste d’installations picturales et immersives, et le photographe Jon Rafman complétaient le quintette de demi-finalistes québécois.

 

Au dernier stade de cette compétition pancanadienne, le travail politisé de Nadia Myre sera comparé à des pratiques très diverses. Les maquettes narratives et cinétiques de Graeme Patterson, du Nouveau-Brunswick, pourraient valoir, enfin, à la région Atlantique son premier prix Sobey. Evan Lee, autre touche-à-tout, mais connu surtout pour ses explorations photographiques, figure comme le candidat « côte ouest et Yukon ». Membres fondateurs du Royal Art Lodge de Winnipeg, Neil Farber et Michael Dumontier, avec leurs peintures habitées d’animaux et de personnages fantaisistes, représentent les Prairies et le Nord. Plus jeune de la liste, né en 1978, l’Ontarien Chris Curreri, auteur de photographies tirées d’un réel plutôt étrange, complète cette liste fortement masculine.

 

L’exposition des finalistes et la cérémonie protocolaire auront lieu cette année à Winnipeg, en novembre. C’est à ce moment que le jury, composé de personnalités de chacune des régions, dévoilera le résultat de ses délibérations. L’historienne de l’art et commissaire indépendante Marie-Ève Beaupré est la voix du Québec.