Derouin commémore son largage

Elles reposent dans les profondeurs du fleuve Saint-Laurent depuis 20 ans. Elles renaîtront, sous une autre forme, cet été. Les 19 000 figurines en céramique que René Derouin a larguées dans le fleuve un jour de juin 1994, quelque part entre Baie-Saint-Paul et L’Isle-aux-Coudres, ont inspiré au graveur et sculpteur de Val-David une nouvelle série d’oeuvres, des statuettes similaires à celles qui composaient son installation phare Migrations (1988-1992) et huit linogravures, tirées à 50exemplaires.

 

Le 20e anniversaire du « largage », action inusitée et riche de sens, de celles qui marquent les esprits, servira de rampe de lancement à la collecte de fonds du Symposium international d’art-nature. La manifestation de sculpture, de poésie et de musique a lieu tous les deux ans chez lui, dans les Jardins du précambrien, vaste territoire à flanc de montagne. La totalité des profits de la vente des nouvelles pièces servira à financer l’édition 2014, attendue pour juillet.

 

« René Derouin tient à coeur ce projet,soutient Marie-Claude Cossette, directrice des Jardins du précambrien. Il le fait comme un engagement. »

 

Jacques Dufresne, président du conseil d’administration des Jardins et homme d’affaires bien connu de Val-David, rappelle que pour l’artiste, aujourd’hui près de ses 80 ans, l’action de 1994 a été un tournant dans sa vie. Il marquait quelque part son retour à la terre, à ses terres, après des années de « migration ».

 

« Le largage lui permet aussi de régler des comptes avec le fleuve,dit le propriétaire du Métro-Dufresne de la localité des Laurentides. René Derouin a perdu un frère et son père dans le Saint-Laurent. »

 

Le Symposium est financé à 25 % d’aide publique, la balance vient de ressources autonomes telle que cette vente d’oeuvres de Derouin.

 

Les nouvelles oeuvres seront vendues 350 $ la pièce. Il sera possible de se les procurer aux Jardins du précambrien, à la boutique Le Petit jardin de Val-David, ainsi qu’en ligne sur le site de la Fondation Derouin.