Un autoportrait restitué aux héritiers de Max Stern scelle une alliance

Après Stuttgart et Cologne, c’est au tour de Düsseldorf et son Musée de la Ville de remettre un tableau spolié par les nazis aux héritiers du marchand d’art juif allemand Max Stern, dont fait partie l’Université Concordia. L’acte de restitution signe aussi une nouvelle alliance d’universités internationales concernant les questions de rétrocessions.

 

« Nous sommes très heureux qu’un nombre sans précédent d’établissements allemands ait enfin satisfait à nos demandes », a affirmé Alan Shepard, le recteur de l’Université Concordia. En 2013, un premier muséeallemand, la StaatsgalerieStuttgart, suivi d’un autre à Cologne, ouvraient la voie à une plus grande collaboration germano-canadienne.

 

Le 12e tableau restitué par Concordia est un autoportrait — un des rares — de Wilhelm Schadow (1788-1862). Le peintre allemand du XIXe est surtout connu à titre de directeur de l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf, où s’est épanouie l’école de Düsseldorf vers 1830. C’est d’ailleurs sous son égide que l’institution a acquis sa reconnaissance internationale.

 

Les autorités de la ville allemande ont reconnu l’appartenance légitime du tableau aux universités héritières dumarchand d’art germano-canadien, soit Concordia, McGill et l’Université hébraïque de Jérusalem. Mais l’oeuvre restera au Musée de la Ville, à qui elle est prêtée, afin de demeurer accessible au public.

 

Amoureux des arts, Max Stern tenait une importante galerie à Düsseldorf avant d’être forcé de fuir. Il s’estinstallé à Montréal dans les années 1940.

 

Grâce au dynamisme de l’Université Concordia dans ce dossier, un réseau de soutien international est en train de se développer pour favoriser la recherche d’oeuvres pillées par les nazis. Lancé en 2002, le Projet de restitution des oeuvres de la collection Max-Sternentend récupérer plus de 400peintures.

 

Exposition majeure

 

Le geste de Düsseldorf annonce aussi une exposition majeure consacrée au galeriste germano-canadien à venir au Musée de la Ville en 2018. L’institution s’intéresse vivement à l’histoire de la communauté juive de Düsseldorf, qui fera l’objet d’une exposition l’an prochain. Elle détient aussi une série unique de dessins réalisés par des enfants et des adolescents juifs à l’époque nationale-socialiste.