Rues commerçantes - Ces rues où les résidences et les commerces cohabitent

Pierre Vallée Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Plateau Mont-Royal

Le Plateau-Mont-Royal est un quartier résidentiel possédant trois grandes rues commerçantes qui offrent à la fois des commerces de proximité et des commerces de destination. Bref portrait de ces axes que sont le boulevard Saint-Laurent, la rue Saint-Denis et l’avenue du Mont-Royal.

 

« Le boulevard Saint-Laurent fut la première rue pavée à l’extérieur des murs de l’ancienne ville de Montréal et possède donc une riche histoire », souligne Glenn Castanheira, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du boulevard Saint-Laurent.

 

En effet, la Main, comme on l’appelle familièrement, a été l’hôtesse de plusieurs vagues d’immigration, d’abord juive, puis portugaise et grecque, ce qui lui donne encore aujourd’hui son caractère multiethnique. « Les premiers commerces ont été ouverts par la communauté juive, ce qui fait que la Main est depuis longtemps une rue commerçante. Aujourd’hui, on y trouve à la fois des activités diurnes, comme les épiceries et les boutiques, mais aussi des activités nocturnes, comme les restaurants et les bars. »

 

Si les travaux publics des dernières années ont fait grimper le taux d’inoccupation commerciale, celui-ci est aujourd’hui à la baisse. Il faut dire que la SDC a mis beaucoup d’efforts dans des activités de promotion, dont ces deux foires commerciales. « L’objectif des foires commerciales n’est pas uniquement d’écouler la marchandise, mais aussi de créer un événement et une ambiance qui créeront des souvenirs chez les visiteurs. C’est ce souvenir qui les fera revenir au boulevard Saint-Laurent. »

 

Quant aux mesures d’atténuation de la circulation mises en place par l’administration Ferrandez, elles n’ont pas eu d’impacts majeurs. À ce sujet, Glenn Castanheira y va d’une suggestion : « Il faudrait appliquer ici la solution des stationnements étagés où les gens peuvent garer leur voiture et poursuivre leurs activités à pied. Rien n’empêche que ces stationnements soient parfaitement intégrés à la trame architecturale. »

 

Rue Saint-Denis

 

Important axe nord-sud, la rue Saint-Denis fut avant tout une rue résidentielle. « Les commerces se sont installés au rez-de-chaussée des immeubles au début des années 1980, explique Joël Pourbaix, directeur général de la SDC de la rue Saint-Denis. Par la suite, des commerces se sont installés aux deuxièmes et troisièmes étages. Et, comme les immeubles sont en retrait, c’est rue Saint-Denis que se sont développées les premières vraies terrasses à Montréal. »

 

La rue Saint-Denis offre une belle mixité de commerces : boutiques de mode, restaurants et cafés, entreprises de services et boutiques spécialisées. « Il ne faut pas oublier le caractère culturel de la rue, puisqu’on y trouve deux théâtres, des librairies et des galeries d’art. »

 

Le taux d’inoccupation demeure relativement stable et ne semble pas avoir été affecté par les mesures d’atténuation de la circulation. Par contre, l’achalandage a diminué, ce qui est attribuable, selon Joël Pourbaix, « à la multiplication des pôles commerciaux en banlieue ».

 

Pour contrer ce phénomène, la SDC a consacré beaucoup d’efforts dernièrement à des activités promotionnelles. Et, comme il est interdit de fermer la rue Saint-Denis à la circulation, la SDC a dû faire preuve d’imagination. « Nous devons travailler le long de la rue et c’est là pourquoi nos événements, comme nos sculptures de glace à la fin de février, épousent le concept du parcours. »

 

Présentement, la SDC est en train de mettre en place une nouvelle valorisation de la marque qui fait sienne cette idée de parcours. « Ce nouveau branding veut faire de la rue Saint-Denis une destination touristique et une solution de rechange aux centres commerciaux. On veut mettre l’accent sur l’authenticité montréalaise de la rue et inviter nos visiteurs à y déambuler à leur rythme. »

 

Avenue du Mont-Royal

 

Axe est-ouest, l’avenue du Mont-Royal était au départ un chemin qu’empruntaient les ouvriers pour se rendre aux tanneries et aux carrières, avant de devenir une rue résidentielle. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que les activités commerciales sont apparues.

 

« Aujourd’hui, l’avenue du Mont-Royal offre une belle diversité de commerces, explique Bertrand Hubert, porte-parole de la SDC de l’avenue du Mont-Royal. On y trouve des commerces de proximité comme des commerces discrétionnaires. C’est tout un écosystème commercial qui offre aux visiteurs une atmosphère bon enfant. »

 

Atmosphère et écosystème aujourd’hui en péril, selon Bertrand Hubert : « Ce qui fait mal à nos commerçants, ce sont les mesures d’atténuation de la circulation mises en place par l’administration Ferrandez. Le changement de direction des rues a fait en sorte qu’il devient de plus en plus difficile de se rendre à l’avenue du Mont-Royal. Et, une fois rendu, le coût élevé des parcomètres fait en sorte que plus personne ne veut flâner dans la rue. Nos commerces de proximité sont moins touchés par ces mesures, mais nos commerces de destination y goûtent. Le taux d’inoccupation monte, les commerces ferment et l’achalandage baisse. On dirait qu’il y a quelque chose de cassé dans l’avenue du Mont-Royal. »

 

La SDC de l’avenue du Mont-Royal est l’une des plus vieilles sociétés de cette nature à Montréal et, par conséquent, est bien rompue aux activités promotionnelles, dont plusieurs ont lieu chaque année. Est-ce suffisant pour renverser la vapeur ? « Non, il faut d’abord revoir les mesures d’atténuation, en particulier le changement de direction de la rue Christophe-Colomb, que plusieurs empruntaient justement pour se rendre à l’avenue du Mont-Royal. Il faut aussi repenser le coût du stationnement. Par exemple, on pourrait le moduler selon le taux d’occupation. Ce sont des mesures semblables qui vont permettre de revitaliser la rue. Le commerce dans l’avenue du Mont-Royal ne peut pas fleurir uniquement avec les clients riverains. Il faut attirer des clients qui ne sont pas du quartier. »


Collaborateur

À voir en vidéo