Livres - Entre avoir et être, Bernard Landriault

Il a d’abord agi dans le désordre. Puis avec excès, guidé par la passion. Au fil du temps, après quarante ans à accumuler « des objets d’art », il ressent à la fois plaisir et malaise. Pourquoi ? se demande Bernard Landriault, collectionneur notoire. C’est pour se l’expliquer, et sans doute à nous aussi, que ce retraité de l’Université de Montréal s’est lancé dans un « projet d’écriture », devenu livre. Entre avoir et être, deux collectionneurs s’exposent, nouveauté aux éditions du Passage, est écrit au je, reflet de ce programme très personnel. Il parcourt cependant les acquisitions réalisées à deux, Landriault et son « Michel ». L’auteur a opté pour un exposé concis de leur collection - une soixantaine de pièces - et une présentation « en discontinu », où se mêlent pensées, anecdotes et descriptions d’oeuvres. Ce panorama inusité de l’art québécois s’ouvre avec une aquarelle de Jean McEwen et inclut photo, sculpture, vidéo et beaucoup de peinture. La plume est allègre, les regroupements aléatoires, comme la disposition dans une maison d’une collection aussi éclectique, et, étonnamment, les reproductions très discrètes. Le verbiage peut finir par étourdir, mais le bouquin gagne à être lu par « fragments », dans le désordre des chapitres et des commentaires.

À voir en vidéo