Surprenante vitrine pour collection d’art méconnue

Une salle d’attente de l’hôpital habillée d’œuvres de Rita Letendre.
Photo: Source FHMR Une salle d’attente de l’hôpital habillée d’œuvres de Rita Letendre.

Les efforts pour faire entrer l’art à l’hôpital se multiplient. Ceux déployés par le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) ont déjà fait les manchettes. On connaît moins ceux de la Fondation de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (FHMR). Voici qu’un catalogue offre une vitrine sur son imposante collection d’art contemporain. Histoire d’attirer de futurs donateurs.


Le catalogue est pour le moins alléchant. De Rita Letendre à Marc Séguin, en passant par Claude Tousignant, Serge Lemoyne et Isabelle Hayeur, les 49 tableaux qui y figurent donnent un petit cours en accéléré sur l’histoire de l’art contemporain au Québec.


Au total, la FHMR compte un peu plus de 600 oeuvres, peintures, photographies et gravures accumulées depuis seulement 2006. « On veut rester dans l’art contemporain et on veut encourager les artistes québécois », indique Jean-Claude Baudinet, président de la FHMR.


Toutes les pièces sont le fruit de dons de collectionneurs, de galeries, d’artistes, de patients.« Même le catalogue a été imprimé gratuitement », dit l’homme d’affaires, qui cumule une vaste expérience de gestionnaire au sein d’institutions culturelles et sait donc jongler avec ses relations.


Et ici, pas de problème d’espace d’exposition. La collection est accrochée à 98 %. L’hôpital ne manque pas de murs gris à dynamiser, de regards inquiets à capter pour y jeter une petite étincelle.


« Il y a sept, huit ans, j’avais un frère en train de se mourir du cancer à New York, au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center. Je suis allé le visiter plusieurs fois. Vous le savez, on passe beaucoup de temps à attendre, à marcher dans les corridors, on vit beaucoup d’appréhension. Mais j’y ai découvert une collection sublime d’art qui offrait un apaisement à ma douleur. »


L’expérience l’a motivé à doter l’HMR d’un trésor similaire. L’institution se dote ainsi de 30 à 50 tableaux par année. L’ensemble à jour est évalué à quelque 650 000 $.


« L’art n’appartient pas qu’au musée, plaide M. Baudinet, qui est aussi vice-président du Musée d’art contemporain. Tout le monde en bénéficie, de l’art, à l’hôpital. L’artiste, le patient, le collectionneur, le médecin, l’infirmière. »