Marcel Barbeau et Chantal Pontbriand iront à Rideau Hall

<div>
	Les lauréats, de gauche à droite : Gordon Monahan, Greg Payce, Colette Whiten, Rebecca Belmore, Chantal Pontbriand, William D. MacGillivray et Marcel Barbeau</div>
Photo: Marie-Hélène Tremblay - Le Devoir
Les lauréats, de gauche à droite : Gordon Monahan, Greg Payce, Colette Whiten, Rebecca Belmore, Chantal Pontbriand, William D. MacGillivray et Marcel Barbeau

Le Conseil des arts du Canada a dévoilé mardi à Montréal la liste des artistes qui seront honorés le 20 mars prochain à Rideau Hall par le Gouverneur général, David Johnston, pour leur contribution exceptionnelle au domaine des arts visuels ou médiatiques.

Le peintre Marcel Barbeau, artiste multidisciplinaire et membre du mouvement des automatistes, s’est vu honoré mardi à la Cinémathèque pour l’ensemble de son oeuvre, qui s’est exprimée depuis plus d’un demi-siècle non seulement à travers la peinture, mais aussi la sculpture, l’installation et la performance. « Ses peintures ont rythmé l’évolution de la société. Il a incarné le Refus global dans tout ce qu’il a d’inclassable », a souligné mardi Simon Brault, vice-président du Conseil des arts du Canada (CAC).

L’artiste de 88 ans, dont le travail sera exposé à Paris en 2013 et ce printemps dans le cadre d’une importante exposition internationale au Musée Guggenheim de Bilbao, a clos son bref et timide remerciement par une retentissante mélopée à saveur autochtone.

« C’est toujours une symbiose entre la forme, la couleur et le plaisir. Ce qui m’intéresse, c’est de garder un côté magique [dans la peinture], lorsque la volonté disparaît pour laisser place à la joie », fait valoir le peintre, dans une brève vidéo mise en ligne par le CAC.

 

Chantal Pontbriand, femme de réflexion

Le Conseil a aussi récompensé la commissaire en art contemporain, la Québécoise Chantal Pontbriand, pour sa contribution remarquable à l’avancement de la recherche dans le domaine des arts visuels et sa participation « au renouvellement du discours critique ». Dès le début des années 70, Mme Pontbriand s’est intéressée aux nouvelles formes d’expression notamment aux arts performatifs. Elle a cofondé la revue Parachute, dont elle a dirigé 125 numéros, dirigé le Festival international de nouvelle danse (FIND) de 1982 à 2004, et piloté plus de 25 manifestations et 15 expositions internationales. Jusqu’en 2010, elle dirigeait la recherche et le développement à la Tate Modern de Londres et travaille désormais comme consultante en France et ailleurs sur différents projets d’expositions.

« Ce qui est au coeur de mon travail, c’est de m’intéresser aux différences. Aujourd’hui, il y a un retour de la performance, mais comme façon d’interroger le monde qui nous entoure », a-t-elle dit, mardi.

Deux autres femmes ont aussi été honorées : Rebecca Belmore, artiste autochtone dont l’oeuvre traduit la réalité politique vécue par les communautés amérindiennes, et la sculpteure ontarienne Colette Whitten. Le cinéaste et réalisateur néo-écossais William D. MacGillivray (Life Classes, The Vacant Lot), et Gordon Monahan, compositeur et créateur de performances sonores, verront aussi leurs carrières exceptionnelles récompensées.

Enfin, l’artiste potier Greg Payce d’Edmonton a quant à lui remporté le prix Saidye-Bronfman pour les métiers d’arts.