Exposition - Dans l’antre de Pellan

Le petit corpus d’œuvres exposé témoigne de la diversité artistique et de la créativité foisonnante qui traversera l’exposition Alfred Pellan. Le grand atelier.
Photo: François Pesant - Le Devoir Le petit corpus d’œuvres exposé témoigne de la diversité artistique et de la créativité foisonnante qui traversera l’exposition Alfred Pellan. Le grand atelier.

Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) a entrouvert mardi une porte sur l’univers échevelé d’Alfred Pellan et quelques-unes des oeuvres qui composeront l’exposition d’envergure qui sera consacrée du 13 juin au 15 septembre à cet artiste aux mille facettes.

Le dévoilement de plusieurs toiles et dessins inédits, provenant du legs majeur fait l’an dernier par feu Madeleine Poliseno-Pelland, s’est fait en soirée lors d’un encan-bénéfice réalisé au profit de la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec.


Le petit corpus d’oeuvres exposé témoigne de la diversité artistique et de la créativité foisonnante qui traversera l’exposition Alfred Pellan. Le grand atelier, où environ 450 oeuvres, objets, photographies et documents d’archives issus de l’atelier et de la maison de l’artiste seront présentés.


« L’exposition se tiendra sur le thème du grand atelier de Pellan et l’idée est de faire entrer le visiteur dans son univers et ses idées folles. On va essayer de présenter le tout sous une forme éclatée rendant compte de la manière de travailler de Pellan, soit en toute liberté », a expliqué John R. Porter, directeur de la Fondation du MNBAQ.


Grâce au legs exceptionnel de plus de 1000 oeuvres et objets fait par son épouse, le musée de la Vieille Capitale est le plus important dépositaire de Pellan. En 2006, le musée s’était porté acquéreur de la maison et de l’atelier d’Auteuil, où le peintre a vécu de 1950 à sa mort en 1988.


Selon M. Porter, il avait été convenu avec Madeleine Poliseno qu’à sa mort, survenue en 2010, elle ferait don de la demeure ainsi que de la totalité des oeuvres, objets et documents appartenant à Pellan. L’exposition rassemblera donc une masse inouïe d’oeuvres jamais vues, dont des toiles, des masques, des croquis, des caricatures, des collages et toute une série d’objets-sculptures fortement inspirés du surréalisme. « Ce que nous avons recensé dans ce fonds dépasse l’entendement. Il y a des centaines de milliers de photographies, des objets d’une rare créativité. C’est le fonds le plus riche qu’il m’ait été donné de voir de toute ma carrière ! », a expliqué celui qui a dirigé le MNBAQ pendant 15 ans.


Le grand atelier lèvera le voile sur 400 à 450 objets issus de ce prolifique fonds, dont une quarantaine de toiles et 300 oeuvres graphiques. L’artiste, qui était un bourlingueur des formes et des techniques, multipliait les expérimentations picturales, qu’il documentait soigneusement à l’aide de croquis, de notes et de photos. Toutes les étapes de sa carrière et même de sa vie personnelle sont aussi méticuleusement décrites et illustrées.


L’exposition se présente donc comme un grand saut dans l’univers intime et l’énergie créative de cet artiste polyglotte.