Souk@sat magique!

Bougie-bois de Blisscraft&Brazen (bois récupéré, frêne)
Photo: Blisscraft&Brazen Bougie-bois de Blisscraft&Brazen (bois récupéré, frêne)

Du 30 novembre au 2 décembre, la Société des arts technologiques (SAT) accueillera la 9e édition du souk@sat. Événement à la fois très pointu et décontracté, le souk@sat est un marché de Noël unique en son genre qui ne vend que des produits designs, des prototypes ou des créations limitées, fabriqués localement et à petite échelle. Il est soutenu par une direction artistique impeccable, et c’est l’un des rares moments de l’année où l’on peut véritablement sentir l’effervescence d’une production underground montréalaise audacieuse et de qualité. En déambulant sur deux étages complets de la SAT, le public est invité à se laisser porter par un vent de fraîcheur et à repartir les bras chargés de trouvailles, qu’il sera bien le seul à offrir à Noël…

Le souk@sat a vu le jour en 2003 grâce à Azamit, styliste et directrice artistique de renom, et à Bruno Ricciardi-Rigault, patron du Laïka et ancien producteur-programmateur de l’Espace SAT. « Au départ, raconte Azamit, j’ai monté une petite vente d’échantillons pour aider des amis créateurs en manque de visibilité. » Aux antipodes d’une exposition ou d’un salon du design compartimenté, le souk@sat suit le concept d’un appartement-boutique et propose au visiteur de déambuler à travers tous les espaces d’un immense loft dans le but de chiner des accessoires, des bijoux, des objets, des meubles, et de bons petits plats, le tout directement relié à la fonction de l’espace : entrée, séjour, chambre, salle de bains, cuisine. Cette organisation place le visiteur dans la peau d’un « invité ». Au souk@sat, on se sent chez soi, et le côté social est aussi important que la découverte des produits. On échange entre Montréalais, on découvre les pensées d’un designer émergent, bref, on apprécie le franc-parler tant du côté des créations que de celui de l’organisation. Certains créateurs, qui se sont rencontrés au souk, finissent même par collaborer ensemble, par fonder une compagnie, ou par faire des bébés !
 
« Jamais je n’aurais imaginé que le petit souk de départ durerait autant d’années et deviendrait aussi grand ! », lance Azamit. En effet, dix ans plus tard, les créations s’étalent sur près de 10 000 pieds carrés, dont 2500 à l’étage du Food Lab de la SAT. La famille s’agrandit…

Consommer local

Le milieu du design a bien évolué à Montréal, tout comme notre mode de consommation. Il y a dix ans, on n’achetait pas « local » et, pour se faire remarquer, on offrait du design venu d’ailleurs. Aujourd’hui, pour être le centre de toutes les attentions, il vaut mieux dénicher la perle rare made in Montréal, miser sur un objet au design bien pensé, fabriqué de manière responsable et dégageant un parfum de fraîcheur… De ce côté-là, on peut dire qu’Azamit et ses jurys ont travaillé comme des chefs pour nous sélectionner tout ce qu’il y a de plus original et de plus professionnel, tous designs confondus. Des luminaires aux porte-bougies, des cache-cous aux vêtements sophistiqués, du papier peint aux carnets de notes, rien n’échappe à l’œil attentif et curieux d’une Azamit en action… Ses choix et l’appui qu’elle a accordé à « ses designers » ont contribué sans l’ombre d’un doute à bâtir une identité et surtout une fierté montréalaise !
 
Aux frontières du réel…

La plupart des designers se servent du souk@sat comme d’un tremplin pour lancer de nouveaux produits et les tester avant de les commercialiser. Ainsi, 85 % des recettes vont directement aux créateurs, et c’est le souk@sat qui gère l’installation des objets et tout le reste. « Les designers aiment venir ici, dit Azamit, parce qu’ils se sentent en confiance et parce qu’ils peuvent proposer des créations d’avant-garde sans subir une quelconque pression », explique-t-elle. Ainsi, le souk est l’endroit rêvé pour badiner avec les matières, chahuter les fonctions, caresser l’étrange, c’est un lieu où certains créateurs réinventent les objets du quotidien, laissant galoper leur imagination aux frontières du réel… L’édition 2012 suit ce chemin avec ses créations toutes plus vivantes et poétiques les unes que les autres.
 
Le souk@sat: un arbre, une famille
 
La création, c’est comme l’amour, c’est difficile et c’est fragile. Or c’est cette fragilité qui ressort le plus au souk. Étant donné que les structures de production en design sont souvent compliquées et coûteuses, lorsqu’on est devant un prototype ou un produit « naissant », on ressent un petit pincement au cœur et on tombe forcément amoureux devant toute cette beauté fragile… 
 
L’image du souk@sat de cette année rend d’ailleurs admirablement bien cet esprit. Conçue par Cara Carmina (dessins) et par Jacinthe Pilote (composition, mise en scène et design graphique), l’affiche dévoile un immense arbre noir sans feuilles, un arbre imparfait qui est comme un village à lui tout seul. Il prend racine dans l’eau, et ses branches accueillent des personnages originaux, des architectures et des objets accrochés dans tous les sens. L’arbre, c’est le souk, un monde imaginaire qui tient de tous les côtés, un endroit qui se lit à l’envers, une grande famille de créateurs qui prennent racine dans la même eau… 
 
« Depuis le début du souk, explique Azamit, j’ai toujours voulu créer cet univers. Depuis que je collabore avec la graphiste Jacinthe Pilote, on a travaillé fort sur l’identité du souk », dit-elle. Le souk collabore avec des illustrateurs différents depuis le début, selon le concept à pousser et toujours dans l’idée de se dépasser… Et les fidèles collectionnent même les affiches, qu’ils font dédicacer (cette année, les deux créatrices de l’affiche seront sur place). Ainsi, l’affiche est comme le souk : « C’est un gros travail d’équipe, explique Azamit, un mariage de plusieurs têtes fortes et créatives, mais avec une ouverture d’esprit quant à vouloir et pouvoir travailler en équipe. Au souk, tout est fait avec beaucoup d’amour et d’acharnement », conclut-elle.
 
Collaboratrice

***

Quelques découvertes parmi 102 exposants au souk@sat 2012

Coups de cœur d’Azamit :
 
  • Les planches à couper et les sous-plats très originaux d’Anita Designs
  • Toute la série de produits naturels pour le bain, très zen et très chics, de Carriage 44
  • La série No 21 de cahiers « en marge » par Couple d’Idées
  • Tous les imprimés de La Sérigraphe et de Prune Textile
  • La plupart des produits de Six Point Un
  • Les créations culinaires de La Pincée
Coups de foudre du jury :
 
  • Les extraordinaires papiers peints (œuvres d’art) de Walls of Ivy
  • Les lampes originales de Loïc Bard, en vente pour la toute première fois au public
Pièces, produits ou série limités :
 
Beaucoup de créateurs lancent encore cette année un nouveau produit ou une nouvelle collection pour tester les commentaires en direct d’une clientèle alerte et très sélective.
 
  • Petite série de tasses de thé d’Arik De Vienne
  • Luminaires de Baillat Cardell & Fils
  • Céramiques issues d’une collaboration entre sept artistes, Maison Girardin par Pascale Girardin
  • Sous-verre sérigraphiés en série limitée Atelier Rose Pink
Première fois qu’ils présentent leurs créations au public (cette année au souk) :
 
  • The Print Atelier
  • Baillat Cardell & Fils
  • Exodeus
  • Soft matters
  • Marianne Fabrique
  • Tangible Studio