Dare-Dare en orbite à Detroit et à Tijuana

Le centre d'artistes montréalais Dare-Dare, le plus marginal de tous avec sa roulotte en guise de bureau, s'exportera cet automne avec un projet ambitieux intitulé Satellite. Cette «grande aventure de deux mois» l'amènera dès la semaine prochaine à Detroit et en novembre à Tijuana, au Mexique.

Hier, lors d'une conférence de presse dans la roulotte ancrée près du métro Frontenac, l'équipe de Dare-Dare dévoilait le contenu de cette expérience hors de ses frontières, la première en 26 ans d'existence. Le projet, évalué à 65 000 $ et soutenu par les différents ordres gouvernementaux, regroupera six interventions artistiques dans des friches urbaines, dont celles de deux Québécois, Douglas Scholes et Constanza Camelo.

Satellite s'inscrit dans le cadre de Dis-location, un programme d'infiltrations de l'espace public mis en place en 2004. C'est à ce moment que Dare-Dare a opté pour la vie en roulotte, sans le confort d'une programmation de type galerie. C'est un peu pour agrandir son terrain de jeu et pour souligner, avec un an de retard, ses 25 ans, que le centre «dis-loqué» a été tenté par l'expérience à l'étranger.

«Nous avions le désir de penser le futur de Dare-Dare, dit Martin Dufrasne, coordonnateur aux projets spéciaux. La présentation de Satellite fera rayonner à une autre échelle, dans un autre territoire, le savoir-faire de Dare-Dare.»

L'organisme ne cessera pas ses activités à Montréal, mais déjà, au printemps, il quittera le quartier des Faubourgs, où il se trouve depuis 2009, pour un endroit «plus central», selon Martin Dufrasne.

Satellite a été monté en collaboration avec des partenaires étrangers tel qu'Imagination Station, de Detroit, dont la mission vise la sauvegarde de maisons historiques. C'est dans l'une d'elles, située dans un quartier abandonné et dominé par une immense gare en ruine, qu'interviendra Douglas Scholes. Connu pour ses sculptures en cire d'abeille, le Montréalais y posera des fenêtres faites de ce fragile matériau.

Basé à San Diego mais actif dans les villes frontalières du Mexique, le collectif Cog-nate a proposé à Dare-Dare de s'installer dans un marché d'artisanat de Tijuana, le Mercado de la Linea, là où les touristes s'arrêtent juste avant de quitter le pays. L'artiste de Chicoutimi Constanza Camelo exécutera son oeuvre à quelques pas de là, dans un espace sans identité, qui n'appartient à aucun des deux pays.

Les Montréalais pourront suivre les expériences extraterritoriales de Dare-Dare à travers son site Web (www.dare-dare.org) et lors de deux événements de clôture, en octobre et en novembre, avec musique et plats inspirés des villes visitées.

Pour 2013, le centre d'artistes vise encore plus gros: intervenir à Mexico.

***

Collaborateur du Devoir