Écodesign et art de la récupération - Les matières recyclées savamment sont métamorphosées par des créateurs d'ici

Isabelle Binggeli Collaboration spéciale
A la galerie Monde Ruelle cet automne, les oeuvres de la conceptrice textile Valérie Bédard. <br />
Photo: Monde Ruelle A la galerie Monde Ruelle cet automne, les oeuvres de la conceptrice textile Valérie Bédard.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Les sempiternelles emplettes du temps des Fêtes qui deviennent synonymes de découvertes et de consommation responsable? Voilà l'expérience que vous proposent le 5e Salon des artistes-récupérateurs et la galerie Monde Ruelle, pour qui l'esthétique, la qualité et l'environnement vont de pair.

«Cette année, nous avons misé sur des valeurs sûres tout en offrant une plus grande variété de produits grâce à nos 43 artisans, indique Éric Vachon, chef aux services éducatifs et publics de la Biosphère, qui abrite le Salon des artistes-récupérateurs. Il y en aura pour tous les goûts et c'est l'occasion rêvée pour surprendre la famille et les amis pendant la période des Fêtes.»

Des accessoires de mode faits de bannières publicitaires récupérées, des bijoux fabriqués à partir de cravates recyclées, des objets décoratifs faits de disques de vinyle, des sacs à main en chambres à air de vélo ou encore en parapluies et en parasols: l'expérience de consommation se veut unique et durable. «La qualité des produits exposés est essentielle au succès de notre événement, souligne M. Vachon. Nous veillons à ce que les clients soient plus que satisfaits.»

Valoriser le matériau


Maude Lapierre, artiste en joaillerie et objets, sera pour une cinquième année consécutive à ce salon d'artisanat. Elle fabrique des bijoux à partir de coutellerie en acier inoxydable réutilisée. Couteaux, fourchettes et cuillères, elle utilise le maximum de chaque ustensile et en explore constamment le potentiel. «Le défi est de créer de nouvelles pièces en repoussant les limites créatrices et techniques que m'impose mon matériau de base», explique celle qui transforme un millier d'ustensiles par année pour réaliser ses produits finis.

Le travail de Mme Lapierre et des artistes-récupérateurs contribue à sensibiliser la population aux questions écologiques, estime M. Vachon. Selon lui, l'événement qui expose le fruit de leur labeur représente une belle occasion de consommer de manière responsable et de soutenir des artisans locaux. À noter que quelques nouveautés se grefferont à cette édition, notamment des causeries avec les artisans du salon et une vente de jouets revampés par l'Atelier des lutins verts - Recycleurs de jouets, en collaboration avec Consortium Évolution.

***

5e édition du Salon des artistes-récupérateurs
Les 3, 4 et 5 décembre
Biosphère, Musée de l'environnement

***

Monde Ruelle

Intitulée ...dans le fond de la boîte à bois, l'exposition présentée par la galerie Monde Ruelle suggère un univers où l'inédit rencontre l'art de la récupération.

Marie-Claude Parenteau-Lebeuf, cofondatrice de Monde Ruelle et écodesigner, parle avec fierté des artisans dont elle promeut et diffuse le travail. «La plupart des artisans qui exposent ici ont fait l'École des beaux-arts ou ont une formation en design, indique-t-elle. Les objets qu'on y retrouve reflètent leur professionnalisme et sont d'un niveau esthétique élevé.»

Ainsi, durant l'exposition lancée spécialement pour les Fêtes, il sera possible d'admirer et de se procurer du mobilier, des accessoires et des objets utilitaires et décoratifs uniques en leur genre. Nouvellement arrivées à la galerie cet automne, les oeuvres de la conceptrice textile Valérie Bédard vont épater la galerie, assure Mme Parenteau-Lebeuf. «Elle tisse des coussins à partir de bandes magnétiques et de fibres naturelles telles que la laine et le bambou. Le résultat est incroyable.»

Elle souligne également la venue de nouveaux créateurs, dont Paul Daigneault, avec son mobilier fabriqué à partir de matières récupérées de l'industrie lourde (pièces d'avion, bonbonne d'oxygène), Bonnie Major, avec ses miroirs dont les matériaux d'origine sont savamment transformés, ainsi que Robert Lachance, avec son mobilier fait de bois d'érables et de bouleaux morts qu'il va lui-même chercher sur ses terres.

***

Courtepointes et objets d'émotion


Une nouvelle gamme de produits a également fait son entrée chez Monde Ruelle. Il s'agit d'une collection de linge pour la maison conçue par le créateur de mode CLUC, qui revisite les techniques traditionnelles de la courtepointe. Les nappes, coussins et housses de couette sont faits de tissus recyclés, de complets et de chemises pour hommes. «Les jetées et les courtepointes de nos grand-mères prennent ici une toute autre allure», se réjouit Mme Parenteau-Lebeuf.

Vitrine unique à Montréal pour les produits conçus par des artisans locaux et des écodesigners, la galerie Monde Ruelle a ouvert ses portes en décembre 2008. Depuis, la population a pu découvrir le travail d'une trentaine de créateurs grâce aux expositions et autres événements qui y ont lieu. La cofondatrice de Monde Ruelle souhaite ainsi que l'achat de produits faits de matières récupérées devienne un incontournable dans les habitudes de consommation. «Si vous cherchez de l'émotion à travers un objet unique, de fabrication locale, à l'esthétique plaisante, tout en ayant une conscience écologique, ce n'est pas chez IKEA qu'il faut se rendre, c'est ici!»

***

Collaboratrice du Devoir

***

Exposition jusqu'au 23 décembre 2010, 2205, rue Parthenais, local 112, Montréal