Les mille et un visages de Miles

Horn Players, de Jean-Michel Basquiat, 1983, 243 x 190 cm. (The Broad Art Fondation, Santa Monica. Succession Jean-Michel Basquiat / SODRAC, 2010)
Photo: musée des beaux-arts de montréal Horn Players, de Jean-Michel Basquiat, 1983, 243 x 190 cm. (The Broad Art Fondation, Santa Monica. Succession Jean-Michel Basquiat / SODRAC, 2010)

L'été sera complètement Miles au Musée des beaux-arts de Montréal, où l'exposition We Want Miles, dédiée à l'inventeur du cool jazz, réunira plusieurs oeuvres de Jean-Michel Basquiat, de Niki de Saint Phalle et quelques instruments mythiques ayant appartenu à l'icône du jazz.

Dès le 30 avril, le jazz résonnera dans les corridors du musée dans cette troisième exposition, après Warhol Live et La Balade de John et Yoko, où l'art et la musique feront tandem pour offrir aux visiteurs une expérience «sensorielle» et multimédia.

De nombreux postes d'écoute en forme d'oeuf seront disséminés dans les salles pour permettre aux visiteurs de goûter aux différents styles qui ont marqué la carrière du grand jazzman. Présentée jusqu'en janvier dans la Ville lumière, cette exposition en huit étapes réalisée par la Cité de la musique de Paris met en exergue l'influence de Davis sur les autres formes d'art, notamment la peinture, la sculpture et le cinéma. We Want Miles a été réalisée sous l'égide de Vincent Bessières, ancien rédacteur en chef du magazine Jazzman et membre de l'Académie du jazz.

Films, partitions de musique manuscrites, costumes, tirages originaux et instruments de l'artiste ont été prêtés grâce à la coopération de Sony Music Entertainment et de Miles Davis Properties.

On pourra voir à Montréal des tirages originaux de portraits de Miles Davis, prêtés par de grands photographes, dont Annie Leibovitz et Anton Corbijn. Des oeuvres ayant servi à illustrer les pochettes de disque du jazzman, ainsi que des pièces d'archives prêtées par le Festival international de jazz de Montréal (FIJM), compléteront l'exposition. «La musique est une peinture qu'on écoute et la musique est une peinture qu'on peut entendre», disait Miles.