Le XXe siècle en images

Joseph Koudelka, célèbre notamment pour avoir photographié l’invasion soviétique de Prague en 1968 (notre photo), compte au nombre des membres de l’imposante écurie de Magnum.
Photo: Agence Reuters Joseph Koudelka, célèbre notamment pour avoir photographié l’invasion soviétique de Prague en 1968 (notre photo), compte au nombre des membres de l’imposante écurie de Magnum.

Grâce à un généreux mécène, les images de Magnum Photos, de la Deuxième Guerre mondiale à la première guerre du Golfe, se retrouvent à l'Université du Texas, qui a bien l'intention d'en faciliter l'accès. Les témoignages uniques sont signés par certains des plus grands photojournalistes de ce temps, dont Robert Capa et Henri Cartier-Bresson, cofondateurs de la coopérative unique au monde.

C'est une sorte de cliché qui aura finalement décidé du sort de l'agence Magnum Photos, sans conteste la plus célèbre du XXe siècle. Le cliché d'un richissime Texan qui a vraisemblablement payé une immense fortune pour mettre le grappin sur une part essentielle de la mémoire en images du monde.

Seulement, cette histoire de chefs-d'oeuvre et d'argent finit bien, très bien même, puisque Michael S. Dell, l'acheteur en question, a décidé de remettre sa précieuse acquisition à l'Université du Texas. L'institution sera chargée de préserver, de cataloguer et de rendre accessible au public l'immense trésor.

Les oeuvres photographiques ont été transférées de New York vers le Harry Ransom Center de l'institution texane à la fin de l'année dernière. Le Centre compte déjà de célèbres archives, dont celles des auteurs Edgar Allan Poe, James Joyce et Don DeLillo.

L'acquisition a été confirmée hier. Michel Dell est le fondateur de la compagnie d'informatique Dell, d'ailleurs lancée dans un dortoir de l'Université du Texas, en 1983. Le mécène a négocié l'achat par l'entremise d'une autre de ses compagnies, MSD Capital, une firme d'investissement. D'autres acheteurs potentiels s'étaient manifestés. Le montant de la transaction demeure secret, mais le fonds avait été assuré pour «beaucoup plus de 100 millions», selon le directeur de l'agence.

Magnum Photos fut la première coopérative photographique du monde. Fondée en 1947 par Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Rodger et David Seymour, elle voulait permettre aux photographes et aux photoreporters de conserver le contrôle de leurs images, ce qu'elle a très bien réussi.

Le postulant y est admis en obtenant 50 % des voix exprimées par les membres en règle. L'apprenti doit ensuite travailler avec un tuteur pendant deux ans.

Le fonds vendu compte environ 180 000 photos. Les premières, signées par Capa, documentent la Guerre civile espagnole. Les dernières datent de 1998, alors que l'agence passée à la dématérialisation numérique cessait de conserver des épreuves sur papier. L'ensemble témoigne de tous les grands événements et personnages d'un siècle hallucinant, du jour J à Fidel Castro, de la guerre du Vietnam à Gandhi.

La vente aurait été approuvée à l'unanimité par les 51 membres de Magnum Photos, dont Bruce Davidson, Eve Arnold, Martin Parr, Alec Soth et le Canadien Larry Towell. En fait, il s'agirait du premier vote unanime de l'agence en plus de 60 ans d'existence. Tous devaient approuver la transaction puisque dans cette structure, chacun conserve les droits sur ses oeuvres. C'est encore et toujours le cas, de sorte que l'Université du Texas acquiert en fait une collection de tirages, tandis que les droits de reproduction demeurent entièrement à la discrétion des photographes.

La nouvelle fortune aidera l'agence à se réinventer sur le Web, sans l'intermédiaire du papier (magnumphotos.com). La transaction survient alors que l'agence tente de revoir son modèle d'affaires à la lumière de la crise des médias et des magazines en particulier, ses clients traditionnels.